Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

14 Février 2014

Elections Municipales : pour une ville propre

Résistance à l'agression publicitaire (R.A.P.) association luttant contre les effets néfastes de la publicité, lance l’opération ville propre pour les municipales 2014.

Que l’on soit habitant ou salarié d’une ville, on est quotidiennement confronté aux publicités. Pourtant, celles-ci ne manque pas d’effets néfastes : gaspillage, sexisme, pollution visuelle et mentale, épuisement des ressources naturelles, obésité, anorexie, fatigue, etc.

Pour éviter ces problèmes, une seule solution : le respect de la liberté de réception de chacun. Or, la loi actuelle est trop permissive. Il est néanmoins possible pour les élus locaux d’agir pour nettoyer la ville de la pollution publicitaire.

A l’approche des municipales, il est plus que pertinent de connaître la position des candidats sur la place qu’ils souhaitent accorder à la publicité. Pour ce, l’association R.A.P. met à disposition un questionnaire à l’attention des candidates et des candidats aux municipales de 2014 téléchargeable sur son site internet : http://antipub.org/spip.php?article323. On peut aussi télécharger directement le document par ce lien.

Les réponses communiquées à l’association seront publiées sur notre site pour pouvoir rappeler aux maires ce qu’ils promettaient en tant que candidats. Les sympathisants sont invités à envoyer ce questionnaire aux candidats de leurs villes, et nous transmettre leurs réponses pour que nous les publiions.

- par courriel à contact@antipub.org

- ou à l’adresse de l’association : R.A.P. 24, rue de la Chine - 75020 Paris.

A l’attention des candidates et des candidats aux municipales de 2014

Télécharger le questionnaire :

Merci de nous communiquer vos réponses :
par courriel à contact@antipub.org
ou à l’adresse de l’association : R.A.P. 24, rue de la Chine - 75020 Paris. Les réponses seront publiées sur notre site internet http://antipub.org .

1 - La liberté de réception

Elle est le corollaire de la liberté d’expression. Elle permet de donner le choix aux citoyens de recevoir ou non de la publicité. Chaque citoyen peut tenter de l’exercer en apposant un autocollant "stop-pub" sur les boîtes aux lettres, par l’inscription aux listes anti-prospection par téléphone,… Vous pouvez la faire respecter en imposant la réduction des formats des publicités extérieures pour que le citoyen s’approche du message et montre ainsi son consentement à le recevoir. Êtes-vous favorable à ce concept de liberté de réception et êtes-vous prêt à le promouvoir et le mettre en œuvre durant votre mandat ?

2- Affichage publicitaire, paysages et environnement - règlement local de publicité (R.L.P.)

Les paysages français sont bien souvent dévastés par la publicité. Êtes-vous favorable à une refonte du RLP de votre ville pour une diminution des panneaux, en nombre et en taille, voire l’interdiction de certains formats ?

Dans le cadre de ce RLP ou dans le cadre de vos attributions(1), comptez-vous :
interdire des écrans publicitaires dans l’espace public ?

interdire des bâches publicitaires dans l’espace public ?

mettre en place des mobiliers urbains sans publicité ?

réglementer l’extinction des lumières des mobiliers urbains, qui aujourd’hui n’ont pas d’obligation d’extinction ?

Instaurer une règle de densité plus restrictive pour la publicité extérieure ?

Interdire la publicité sur les véhicules ?

Limiter la taille des affiches à un format de 50 x 70 cm ? Afin que la publicité ne s’impose plus aux passants.

Interdire tout dispositif publicitaire consommant de l’électricité ? Les classiques affiches collées sont peu à peu remplacées par des panneaux déroulant et éclairés ou par des écrans vidéos, consommant de l’électricité.

3- Faire respecter la loi sur le paysage.

On constate qu’il est très difficile de faire appliquer la loi par les afficheurs (un tiers des panneaux serait illégaux), faute de moyens humains pour contrôler les implantations de panneaux. C’est au maire de faire appliquer la législation dans le cas où la commune est dotée d’un RLP et au préfet dans le cas contraire. Comptez-vous affecter, embaucher former des fonctionnaires à cette fin ?

Interviendriez-vous si la commune est dotée d’un RLP pour interdire certaines opérations de marketing de rue (2) ?

4- Prospectus dans les boîtes aux lettres

Les prospectus publicitaires dans les boites aux lettres représentent 31 kg de papier par foyer et par an. Comptez-vous mettre gratuitement à disposition de vos administrés des autocollants "stop-pub" ?

5- Publicité et services publics

La collectivité et l’intercommunalité éditent un journal. Ce journal peut contenir des publicités. Or, il est possible de retirer ces publicités. Le feriez-vous si vous étiez élus ?

Le financement "promotionnel" par des entreprises va à l’encontre de la neutralité du service public. Certaines collectivités pratiquent la sponsorisation (partenariat publics privés…), pour financer leur événement. Comptez-vous recourir à ce type de financements si vous êtes élus ?

6- Publicité et traçage sur internet

La publicité a besoin de tracer sa « cible » afin de mieux l’identifier et être plus « efficace ». Si vous êtes élu, intégreriez-vous par défaut dans les navigateurs de la collectivité la possibilité de bloquer les publicités intrusives et les fichage des données personnelles sur internet (3) ?

7 - Publicité et enfants Les enfants sont une cible de choix et facile pour les publicitaires. Quels mesures proposez-vous pour mieux les protéger ?

8-Pratiques des partis politiques Quelles pratiques d’affichage et de propagande réalisez-vous pour ces élections ? Vous interdisez-vous la pratique de l’affichage sauvage ?

(1) Si votre commune est dotée d’un RLP, vous recevrez des demandes d’autorisation d’implantation d’écrans publicitaires ou de bâches. Vous avez la possibilité de refuser ces autorisations (art. R581-9 et suivants du code de l’environnement).

(2) Le marketing de rue n’est pas interdit en soi, mais utilise souvent des moyens illégaux : affichage sur les arbres (art. L581-4), sur les installations d’éclairage public ou les équipements publics concernant la circulation (art. R581-22), ou encore, à moins de 100 mètres d’un monument historique (art. L581-8).

(3) Pour plus d’information voir le site internet : http://surfezcouvert.net

Publié par Frédéric Maurin à 22:49pm
Avec les catégories : #publicité , #municipales , #grenoble , #saint martin d'hères

commentaires