Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

12 Février 2014

Saint Valentin : offrez-lui une bonne grève !

Saint Valentin : offrez-lui une bonne grève !
Sous Hollande : la répression antisyndicale continue.
Et il y en aura pour tout le monde!
Sage et légitime riposte à La Poste, justement, ce 14 février...en attendant le retour des grandes marées:

La Poste : appel à la grève le 14 février contre la « répression antisyndicale »

PARIS, 5 février 2014 (AFP)

SUD-PTT a annoncé mercredi avoir lancé un appel à la grève nationale à La Poste pour le 14 février, afin de protester contre la « répression antisyndicale » qui « s’intensifie » dans l’entreprise, selon le syndicat.
Au cours d’une conférence de presse, des responsables syndicaux ont expliqué vouloir « tirer la sonnette d’alarme » sur le fait que « la répression syndicale s’intensifie » au sein du groupe qui emploie quelque 240.000 personnes, La Poste souhaitant, disent-ils « faire des exemples ».
Ils ont évoqué à titre d’exemple « sept procédures disciplinaires » rien qu’en janvier (6 contre des militants SUD et une contre un responsable CGT), dans le secteur du colis.
Plusieurs de ces procédures sont liées au fait que des militants se sont rendus dans des établissements qui n’étaient pas les leurs pour leurs activités syndicales, La Poste estimant que « même avec un mandat syndical, les personnes étrangères à l’établissement ne peuvent entrer », a expliqué une responsable SUD.
C’est ce scénario qui s’est produit mi-décembre à la plateforme colis de Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Le secrétaire départemental de SUD, Gaël Quirante a expliqué qu’après être entré sur le site, un cadre l’a projeté au sol, lui entrainant 7 jours d’interruption temporaire de travail (ITT). Il a porté plainte « pour violence volontaire » contre le cadre.
Le mouvement de grève du 14 février (auquel s’est associé la CNT, syndicat non représentatif) sera accompagné d’un rassemblement devant le palais de justice de Tours, où un responsable de SUD doit comparaître pour des propos injurieux tenus sur un site contre un responsable local.
Observatoire de la répression et de la discrimination syndicales

Un observatoire de la discrimination et de la répression syndicales : pourquoi ?

Être syndiqué et / ou disposer d’un mandat syndical, c’est bien souvent faire l’expérience de la répression et de la discrimination. Selon une étude du Ministère du Travail, 30% des élus syndiqués et 40% des délégués syndicaux considèrent que l’exercice de leur mandat représente un frein à leur carrière. En moyenne un délégué syndical gagne 10% de moins qu’un salarié non syndiqué ayant le même profil.

Ce déni de démocratie bénéficie trop souvent de la passivité des pouvoirs publics, alors que le droit d’adhérer à une organisation syndicale de son choix est un droit reconnu par la Constitution et que toute obstruction dans ce domaine constitue une atteinte aux droits de l’homme et du citoyen.

Parce que l’État fait mine d’ignorer ce problème, parce qu’il est méconnu, ignoré ou même admis comme inhérent à l’engagement syndical, la Fondation Copernic, la CFTC, la CGT, FO, la FSU et Solidaires ainsi que le Syndicat des Avocats de France et le Syndicat de la Magistrature, avec l’appui de nombreux chercheurs et de personnalités qualifiées, ont décidé de créer un Observatoire de la répression et de la discrimination syndicales.

Son objectif est de rendre visible un problème largement ignoré par la statistique publique, rarement pris en compte par les études menées sur le champ des relations professionnelles, voire purement et simplement occultée ou niée par le patronat. Au delà de la mise à jour et de la dénonciation de pratiques patronales anti-syndicales, il s’attache principalement à concourir à la production d’une information la plus complète possible dans ce domaine.

Cet objectif collectif s’est traduit dès 2011 par la publication d’une Note de la fondation Copernic, qui est à l’origine de la démarche, et par la tenue d’un premier colloque en novembre 2011 au Conseil Économique Social et Environnemental.

Dans la continuité de cette initiative, l’Observatoire publiera annuellement un rapport sur l’état des discriminations et de la répression en matière syndicale et informera sur les travaux et les avancées de la connaissance en matière juridique, sociologique et économique dans ce domaine. Il sera en cela un outil de connaissance pour la lutte des salariés contre la répression patronale et pour le respect du droit fondamental à s’organiser et à lutter dans l’entreprise.

Publié par Frédéric Maurin à 10:22am
Avec les catégories : #grève , #la poste , #saint valentin , #syndicalisme , #hollande , #ps , #Parti Socialiste

commentaires