Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

21 Décembre 2014

Le Front National : une grosse pompe à fric ?

Le Front National : une grosse pompe à fric ?
On pensait avoir tout dit sur le Front National ici : Votez Le Pen?
On avait ri de ses nouvelles recrues, bien embarrassés quand même de voir de telles choses prétendre représenter la France.
On avait même essayé l'anthropologie pour comprendre.
"Mains propres, têtes hautes"qu'y disaient...alors on s'était même amusés à dresser une liste non exhaustive des condamnations des membres du Front National.
Mais vous vous souvenez aussi de cela :

Le FN a trois fonctions principales dans le dispositif politique de la bourgeoisie :

1- -neutraliser, stériliser un vote protestataire,

2- -corrompre la conscience d’une partie de citoyens en remplaçant la réalité de la lutte des classes par un fantasmatique combat des races,

3- -servir de force de frappe si les circonstances venaient à changer.

Oui, vous l'aviez déjà lu, alors on va pas se répéter.

On avait encore analysé la complaisance des médias aux ordres pour servir sa cause.
On s'était même abaissé à décrypter les fantasmes de son électorat.

Alors, pourquoi y revenir aujourd'hui ?

Tout simplement car il semblerait que le FN soit aussi une grosse pompe à fric.

Et une information judiciaire est ouverte pour "escroquerie et blanchiment en bande organisée".
C'était pas marqué sur le programme. Alors, désolé : je remets le couvert car les suites seront certainement dignes d'intérêt .
Toutefois, Halte au cadences infernales : ne comptez pas sur moi pour faire le compte de toutes leurs conneries, ce serait un boulot à temps plein et j'ai des tas d'autres choses à lire, écrire ici.

Et à vivre encore... écoutez ci-dessous lorsque vous en aurez marre...

« L’Obs » publie cette semaine « Le magot caché de Marine Le Pen » une vaste enquête sur une discrète association liée à la patronne du FN et qui lui permet de profiter des failles du financement public de la vie politique. Une information judiciaire a été ouverte pour « escroquerie en bande organisée », « faux et usage de faux », ainsi que pour « blanchiment en bande organisée », selon Mediapart. L’enjeu est en effet de taille : pour les seules législatives de 2012, le détournement pourrait dépasser 6 millions d’euros.
Olivier TOSCER revient sur la manière dont il a enquêté sur ces « petits arrangements entre amis ».
Comment avez-vous découvert ce financement secret du Front national ?
- D’abord, je précise qu’il s’agit d’une filière destinée à financer Marine Le Pen elle-même, plutôt que son parti. Pour preuve, même le trésorier officiel du FN, Wallerand de Saint-Just, n’en connait pas les détails. Il le reconnaît lui-même dans l’article. Le système que « l’Obs » décrit dans cette enquête fonctionne un peu clandestinement, et en tous les cas, indépendamment des structures officielles du parti frontiste.
Comment votre enquête a-t-elle débuté ?
- J’ai commencé par m’intéresser à l’information judiciaire ouverte au printemps dernier et confiée au juge du pôle financier Renaud Van Ruymbeke, concernant le fonctionnement de Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen. La Commission nationale des comptes de campagnes (CNCCFP), qui vérifie la régularité des comptes des partis politiques, s’était émue de pratiques de financement peu orthodoxes utilisées autour du Front national, via cette association baptisée Jeanne et contrôlée par des amis très proches de Marine Le Pen. La Commission avait transmis le dossier à la justice qui épluche aujourd’hui les comptes de Jeanne et de ses partenaires en affaires.
Comment avez-vous alors procédé pour en savoir plus ?
- A « l’Obs », nous avons décidé de nous faire une idée par nous-mêmes, en étudiant les comptes de campagne officiels déposés par les candidats frontistes lors des élections législatives de 2012. Ces documents déposés à la CNCCFP sont consultables par n’importe quel citoyen qui le souhaite. Il faut simplement en faire la demande et s’armer de patience, le temps que les documents soient réexaminés par le service juridique de la Commission afin d’y expurger les données personnelles (numéros de comptes bancaires, de téléphone, etc.). Notre enquête a demandé trois mois de travail.
Quels obstacles avez-vous rencontrés dans votre enquête ?
- La principale difficulté est l’omerta qui règne au Front national autour du système Jeanne. Il a été mis en place, hors des structures officielles du parti, par un clan composé d’anciens camarades de Marine Le Pen. C’est une petite bande qui s’est connue à la faculté de droit d’Assas, au sein du GUD, l’organisation qui regroupait les étudiants néo-fascistes. Marine Le Pen était leur égérie à l’époque. Aujourd’hui reconvertis dans les affaires, l’imprimerie, la comptabilité ou la sécurité privée, ces hommes sont restés très liés à Marine Le Pen et ne rendent de comptes qu’à elle. Les cadres du parti savent que ce système Jeanne fait partie du domaine réservé de la présidente, ils évitent de s’exprimer à ce sujet. Marine Le Pen elle-même n’a jamais répondu aux courriers électroniques que nous lui avons transmis au cours de notre enquête.
Et les autres intéressés, comment ont-ils réagi ?
- Ils sont encore plus expéditifs dans leur refus de s’exprimer. Plusieurs d’entre eux, à commencer par Frédéric Chatillon, le patron de l’agence spécialisée dans le conseil en communication au centre du système Jeanne, ont refusé de prononcer le moindre mot. Joints sur leurs téléphones portables, ils ont décroché, écouté la première question et raccroché immédiatement dès qu’ils ont compris de quoi il s’agissait. C’est la première fois que je suis confronté, dans une enquête, à une non-réaction aussi radicale, un refus absolu de s’expliquer. Ce qui montre leur degré de gêne.
Ces révélations viennent perturber la communication officielle du FN en ce moment, qui se victimise en mettant en scène le refus des banques françaises de lui prêter de l’argent…
- Notre enquête montre en tous les cas qu’il y a auprès de Marine Le Pen, des financiers très ingénieux qui permettent à la présidente du Front national de se constituer discrètement un petit trésor de guerre pour financer ses activités, sans dépendre du budget officiel de son parti. Reste maintenant à savoir si ce fonctionnement a dépassé ou non les limites de la loi. L’enquête judiciaire en cours vise en tous les cas des infractions graves, comme l’escroquerie et le blanchiment en bande organisée.
(Source : l’Observateur)

Publié par Frédéric Maurin à 11:53am
Avec les catégories : #front national

commentaires