Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

27 Janvier 2015

SYRIZA : note sur quelques escroqueries

Je vais faire bref mais le sujet mérite d'être creusé.
Le texte ci-dessus s'appuie un sondage BVA pour conclure, entre autres, que "Le Front de gauche a une analyse de la situation française très parcellaire".
Or, un sondage d'opinion sonde une opinion, pas une connaissance.
Voyons ce sondage-là de plus près:

" Pour 36% des Français, les conditions fixées à la Grèce par l’UE pour recevoir son aide au cours des dernières années ont été trop sévères, pour 40% elles ont été « justes comme il faut » et pour 20% elles n’ont pas été assez sévères (4% ne se sont pas prononcés). "

Hypothèse:
si 100 % des sondés connaissaient les conditions fixées à la Grèce par l’UE, conditions sur lesquelles on les sonde : Quand l’austérité tue
et avaient étudié les éventuelles alternatives à ces conditions:
Islande,la banque ou le peuple ?
....ALORS 95% des sondés auraient voté Syriza et... j'aurais publié une brillante étude objective et scientifique sur le site participatif du Nouvel Observateur !

Autre illustration mais, promis, je vais pas y passer la nuit même si cela le mériterait:

"Toutes les études d’opinion montrent que les Français ont compris qu’une politique keynésienne n’était plus possible dans les circonstances actuelles."
Ainsi, 79% des Français déclarent, dans un sondage BVA de ce week-end, qu’ils ne souhaitent pas l’accession au pouvoir en France d’un parti comme
Syriza."

...cela ne signifie pas que 79% des français connaissent l'économiste JM Keynes.
Et je ne suis pas convaincu non plus que " toutes ces études d'opinion " ont posé la question suivante : "une politique keynésienne est-elle possible dans les circonstances actuelles"...en précisant la nature des fameuses "circonstances actuelles".

Toutefois, à la décharge de l'auteur, notons par charité qu'il se présente comme communicant, pas économiste...Dans ce cas, comme on aurait dit à Charlie : Tout est pardonné !
Mais n'oublions pas, à l'avenir, de couper net ces ficelles lorsqu'elles seront trop grosses...

Publié par Frédéric Maurin à 21:48pm
Avec les catégories : #syriza , #austérité , #grèce , #front de gauche , #Union européenne

commentaires