Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

15 Juillet 2015

Après Syriza, au tour de Podemos ?

Pas facile
Pas facile
Puisque mon mauvais jeu de maux ne fait rire personne (ce que je peux comprendre), retour au Monde Diplo qui remet en perspective l'article de l'un de ses contributeurs.

"Beaucoup, notamment à gauche, continuent de croire qu’on va changer l’euro. Qu’on va passer de l’euro austéritaire présent à un euro enfin rénové, progressiste et social. Cela n’arrivera pas. Il suffirait d’évoquer l’absence de tout levier politique en l’état d’incrustation institutionnelle de l’actuelle union monétaire européenne pour s’en faire une première idée. Mais cette impossibilité tient surtout à un argument beaucoup plus fort, qui s’exprime à la manière d’un syllogisme."

"S’il est parfaitement légitime de laisser l’Allemagne poursuivre ses obsessions monétaires, il est tout aussi légitime de ne pas désirer les poursuivre avec elle. Particulièrement quand ces principes monétaires ne conviennent pas aux structures économiques et sociales des autres pays, et, en l’occurrence, en conduisent quelques-uns au désastre. Car certains Etats membres ont besoin de dévaluation ; certains, de laisser se creuser les déficits ; certains, de répudier une partie de leur dette ; d’autres, d’inflation. Et tous ont surtout besoin que ces choses-là redeviennent des objets possibles de délibération démocratique ! Mais les principes allemands, inscrits dans les traités, l’interdisent…"

Les mêmes causes pouvant entraîner les mêmes effets, autant s'y préparer...

Image cliquable
Image cliquable
c'est navrant mais il va peut-être falloir avant tout compter sur nos propres forces.

Publié par Frédéric Maurin à 09:12am
Avec les catégories : #Ue , #démocratie , #syriza , #podemos

commentaires