Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

26 Janvier 2016

Le Plan B : de A à Z

Plus que jamais...

"L'Europe marche sur la tête. Elle se drogue une fois de plus à la finance dérégulée à l'heure où plusieurs États membres de l'Union menacent d'éclater. Pendant ce temps, en France, certains débattent d'une « primaire à gauche » devant s'inscrire selon eux dans le cadre de cette Europe-là, sans la mettre en débat. Plus que jamais, il est temps de préparer un plan B..."

oui, mais...

La coordination européenne anti-euro a diffusé un communiqué dans lequel elle constate que les « Plans B » fleurissent de Paris à Madrid en passant par Berlin.

Mais A, B ou C, qu’en est-il vraiment des intentions politiques des organisateurs de ces débats ?

Le plan B de Mélenchon, c’est la méthode Syriza ?

Le point d'interrogation c'est de moi, afin de ne heurter personne...

La presse internationale a publiée plusieurs articles détaillant les propositions formulées par Yannis Varoufakis à Alexis Tsipras, propositions qui furent rejetées par le Premier ministre Grec. Elles nous éclairent sur le contenu du « plan B » qui existait en Grèce. Ces propositions montrent que, contrairement à ce que continuent à prétendre certains, l’alternative n’était pas entre la « banqueroute » et la capitulation.

Il y a eu ici un mensonge conscient quant aux raisons de la capitulation de Tsipras. Il existait bien, en effet, une autre voie et cette dernière n’était pas “rocambolesque”. Mais, celle-ci impliquait, à relativement court terme, une sortie de la Grèce de l’Euro, une position qui semble être acceptée par des collaborateurs de Varoufakis.

Il faut en tirer toutes les conséquences.

toutes les conséquences...

C'est triste mais, il y a plus de 2 ans, on parlait déjà de SYRIZA au passé :

SYRIZA avait connu une rapide ascension (et avait même failli devancer ND) en se prononçant contre les « mémorandums » (plans d’austérité imposés par la Commission européenne, la BCE et le FMI – la « Troïka »). Mais, à l’instar du Front de gauche en France, SYRIZA entend garder la monnaie unique.

Publié par Frédéric Maurin à 01:43am
Avec les catégories : #mélenchon , #pep , #m'pep , #euro , #Union européenne

commentaires