Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

2 Mai 2016

80 ans du Front Populaire : surtout, n'en parlons pas?

80 ans du Front Populaire : surtout, n'en parlons pas?

C'est le 3 mai que nous allons commémorer le 80e anniversaire de la victoire du Front populaire aux élections législatives des 26 avril et 3 mai 1936. Le Parti socialiste, issu de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO) qui avait donné au Front populaire son Premier ministre (Léon Blum), a célébré l’évènement le 1er mai en toute discrétion… Place Léon Blum dans le XIe arrondissement de Paris.

À cette occasion, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a affirmé sa « filiation avec un grand passé de lutte et de conquête, nous signifions fièrement notre allégeance au socialisme et à la République ». Immédiatement après, il affirmait le contraire : « Nous ne voulons pas refaire le Front populaire ». Une phrase parfaitement inutile, car depuis le « tournant de la rigueur » des socialistes en 1983-1983, tout le monde a compris que le PS était le meilleur agent du néolibéralisme.

Le PS est bien plus efficace que la droite, car en agitant de temps à autre le mythe de la gauche, il parvient à faire avaler à la population des mesures auxquelles la droite ne rêve même plus (casser le Code du travail par exemple). Il est dommage de ne plus vouloir « refaire » le Front populaire, car cette forme politique peut encore avoir un avenir.

Lire la suite ici

et, pour mémoire encore,

et, pour demain peut-être...
L'entrée en matière est attrayante :

La France compte actuellement 6,5 millions d'inscrits à Pôle emploi, 2,8 millions de plus qu'en 2008. Le chômage de masse mine depuis longtemps déjà la société hexagonale, mais ce fléau a pris une ampleur sans précédent ces dernières années. Il y a urgence à réagir.

L'activité a certes repris depuis 2015 et elle pourrait accélérer encore un peu avec des politiques économiques plus dynamiques en Europe. Mais avec la crise écologique qui s'aggrave, les perspectives de croissance sont limitées et le resteront. De plus, la révolution numérique et la robotisation pourraient bien, elles aussi, menacer de nombreux emplois. Il n'y a donc quasiment aucune chance que l'évolution spontanée de l'économie permette de faire reculer le chômage à un rythme suffisant pour éviter les risques d'explosion auxquels la société française est confrontée aujourd'hui.

Si on veut éviter la paupérisation des travailleurs tout en faisant reculer rapidement le chômage, il faut « travailler moins pour travailler tous et mieux »

D'autres pays affichent cependant un taux de chômage plus faible que la France. Le plus souvent ce résultat est atteint grâce à un vaste secteur de « travailleurs pauvres », via une croissance massive du travail à temps partiel féminin et un retour en force du travail indépendant. Ces personnes occupent certes un emploi, mais n'en ont pas moins les plus grandes difficultés à se loger, à se soigner, à éduquer leurs enfants… Bref, à mener une vie décente. Ces politiques creusent de plus les inégalités entre riches et pauvres et les écarts entre hommes et femmes.

Si on veut éviter ces écueils tout en faisant reculer rapidement le chômage, il faut « travailler moins pour travailler tous et mieux ». Au tournant des années 2000, le passage aux 35 heures hebdomadaires avait eu un effet très positif sur l'emploi et l'activité, malgré certaines difficultés dans sa mise en oeuvre, notamment en matière d'intensification du travail. Il faut d'urgence reprendre ce chemin, même s'il faut probablement s'y prendre autrement, et notamment ne plus raisonner seulement sur le temps de travail hebdomadaire.

Nous avons pleinement conscience de la difficulté de l'exercice tant en termes de financement que d'organisation des entreprises, mais cette question doit revenir au coeur du débat public. Non seulement pour réduire le chômage, mais aussi pour reprendre la marche en avant du progrès social et sociétal, en favorisant des modes de vie plus équilibrés et plus respectueux de l'environnement. Nous vous demandons de nous y aider en portant vous aussi ce débat sur votre lieu de travail, dans vos collectivités, vos syndicats, vos partis, vos associations… Il en va de l'avenir de notre démocratie et de notre modèle social.

Publié par Frédéric Maurin à 22:58pm
Avec les catégories : #front populaire , #gauche , #pardem , #3 mai 2016 , #travail

commentaires