Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

27 Juin 2016

Eléments pour un Frexit progressiste

Eléments pour un Frexit progressiste
Pour resituer les enjeux d'un Frexit, on peut cliquer ici ou relire cela :
Pour le reste, en grève ce 28 juin toujours pour les mêmes raisons, je vous laisse le soin de faire la synthèse.
Amusez-vous bien...

"Un voisinage aussi injuste que désastreux est en train de se construire entre le peuple et les forces réactionnaires, comme si seules ces dernières offraient une porte de sortie hors d’un système politique de plus en plus détesté. Si aucune perspective de refondation politique n’est proposée, si cet appel n’est pas entendu, les forces césaristes parviendront aux portes du pouvoir. Il ne faudra pas dire alors qu’on ne l’avait pas voulu. Car, oui, cet aboutissement a été accepté, voire alimenté, par une volonté tenace et idéologique d’imposer un système dont l’échec est patent depuis des années."

Le Brexit avorté donnera également un nouvel élan aux partis de la droite dure qui émergent actuellement dans plusieurs pays européens. Ces partis s’adressent ostensiblement aux « petites gens » qui ne se sentent pas représentés et qui se considèrent comme les perdants de l’économique. Mais les programmes économiques de ces partis sont antisociaux et ne feraient qu’augmenter les inégalités. Ils usent et abusent des griefs de la classe pauvre et de la classe moyenne pour augmenter encore le pouvoir des riches.

Ce qui manque en Europe, ce sont des partis de gauche qui prennent au sérieux la nostalgie romantique du nationalisme - opposé à la mondialisation qui broie tout - et la fusionne avec une politique socialiste. Les sociaux-démocrates jouaient ce rôle autrefois, mais sous Blair, Schroeder et Hollande, ils ont dérivé dans la sphère de la mondialisation antinationaliste et néo-libérale. Le nationalisme est devenu, pour eux, un vilain mot. Cela, au moment même où le nationalisme jouit d’une nouvelle popularité en devenant l’ancre des gens ordinaires perdu dans la mer du néo-libéralisme arbitraire.

L’espace qu’ils ont laissé vide sera rempli par le fascisme.

"En 1989, la chute du Mur de Berlin ouvrait une ère où les dirigeants occidentaux ont espéré étendre leur domination sur le monde entier, dessaisir les peuples de leur liberté, et en profiter pour imposer des reculs sociaux littéralement sans précédent.

La suite n’est pas écrite. Mais un formidable retournement du rapport de force s’est esquissé le 23 juin 2016. On suggère à tous les progressistes d’en mesurer l’ampleur.

Et le sens."

"La seule organisation de ce référendum en Grande-Bretagne a brisé le tabou de l'intégration supranationale à sens unique, sans pause, sans retour, ni arrêt possible. Se maintenir dans le carcan des traités actuels n'est plus le seul avenir imaginable, de même que l'éventuelle récupération de certaines compétences de souveraineté et de moyens de contrôle démocratique. Une Europe aux souverainetés amputées et paralysées ne saurait devenir une puissance, surtout face à la crise multiforme - économique, sociale, migratoire, politique, culturelle, morale - qui frappe notre continent. Nous pensons que beaucoup de réformes importantes peuvent être réalisées dans le cadre des traités actuels, dans l'esprit de l'accord qui avait été conclu avec le Royaume-Uni et qui n'entrera donc pas en vigueur. L'Observatoire de l'Europe décline plusieurs de ces propositions tout au long des articles qu'il publie. Celui-ci qui suit va plus loin. Laissant nos craintes et nos préjugés de côté, le moment est venu de bâtir l'Europe des résultats. Celle qui pourrait donner, qui-sait, aux Anglais, aux Suisses à d'autres encore, le désir de nous y rejoindre... Ce sont les bases d'un nouveau traité pour sauver la construction européenne des chimères fédéralistes et des vieilles folies supranationalistes qui ont fait tant de mal à notre continent."

Contre les effets d'une économie de marché ouverte où la concurrence est "libre et non faussée", c'est le moment de reparler peut-être aussi de la Charte de la Havane...

Publié par Frédéric Maurin à 22:41pm
Avec les catégories : #frexit , #brexit , #gauche , #Union européenne , #ue

commentaires