Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

31 Décembre 2016

2017 : bien choisir sa carte de voeux

2016, sans parler d'annus horribillis, c'était pas, comment dire, très, très... attrayant.

Pas terrible, quoi :

On a beau chercher,

cela n'a pas ouvert des perspectives très réjouissantes.

Alors pourquoi ne pas introduire un peu de légèreté ?

Certains ont essayé :

Audience garantie avec en plus, assez rapidement, une polémique sur le sexisme à laquelle vous mettrez rapidement fin grâce à votre esprit paritaire :

 

Message minimum, audience maximale.

Bien sûr, au-dessus de la ceinture, il y cela aussi ...

mais, en carte de voeux, c'est moins pratique.

En attendant celle du rassemblement pour la démondialisation

qui s'y connait aussi en bon goût

le concours reste ouvert.

Je publierai vos plus jolies contributions.

Bonne année.

Et n'oubliez pas les étrennes !

Déjà sélectionnés, quelques voeux en vidéo...

en portrait de groupe

 

Publié par Frédéric Maurin à 18:38pm - Voir le commentaire ()
Avec les catégories : #fillon , #2017 , #mélenchon , #pardem

30 Décembre 2016

Boycotter Amazon

Tiens, une bonne résolution.

En fait, deux.

Tout d'abord, continuer :

 

Et, la deuxième, donner (un peu et de temps à autre) la parole au patronat

quand il ne raconte pas trop de bêtises, cela arrive, comme ici:

"Le problème est son manque de citoyenneté fiscale, qui se cache derrière une stratégie délibérée et très élaborée de minimisation des profits en France via différents mécanismes. La créativité des fiscalistes d’Amazon est sans limite pour payer moins d’impôts : localisation de l’entité de facturation quand c’est possible dans des pays à fiscalité réduite comme le Luxembourg, paiement de royalties là où c’est avantageux, subventions déguisées entre activités…"

"C’est l’avenir de notre modèle social qui est en jeu, car le chiffre d’affaires d’Amazon [3 à 4 milliards d’euros en France, en croissance de plus de 20% par an, NDLR], ce sont des volumes perdus par d’autres distributeurs français qui, eux, paient tous leurs impôts dans l’Hexagone."

Publié par Frédéric Maurin à 08:46am - Voir le commentaire ()
Avec les catégories : #amazon , #boycott , #emploi

28 Décembre 2016

Le Blitzkrieg de François Fillon

La droite française a toujours eu une vieille fascination pour le modèle allemand.

Déjà, sous la Révolution française, les conservateurs et la noblesse attendaient beaucoup de la Prusse pour sauvegarder leurs intérêts.

Plus tardivement, il y eu l'épisode de la Commune de Paris 

"avec un gouvernement issu de la classe dominante oeuvrant à signer la capitulation et à faire accepter la défaite aux Français dans le but d'enrayer la menace du socialisme parisien, qui sans l'aide des Allemands aurait été incontrôlable"

60 ans plus tard, souvenez-vous, notre bonne vieille droite scandait aussi "Plutôt Hitler que le Front populaire !"

Bon, et notre brave Fillon dans tout çà ?

Il ne trouve pas mieux, pour décrire son action future devant le patronat, qu'utiliser la notion de " Blitzkrieg", une notion historiquement assez facilement situable.

Original ?

Non, le retour d'un vieux réflexe que la phase gaulliste avait su contenir...

Il suffit de l'écouter : 

(25ème seconde, pouvez écouter après quand même, mais n'abusez pas, coquins!)

Alors, pour faire court :

Ceci étant rappelé, je ne verse pas dans la germanophobie pour autant.

Simplement, il y a tant à apprendre de l'Allemagne...

...qu'il est dommage de s'en servir d'alibi pour mener une politique de régression sociale.

Publié par Frédéric Maurin à 22:53pm - Voir le commentaire ()
Avec les catégories : #françois fillon , #fillon , #Blitzkrieg

26 Décembre 2016

Cuba, soumission impossible

c'est l'éditorial de la dernière livraison de Ruptures, auquel j'ai la chance d'être abonné

un bon texte, que je m'empresse de reproduire ici : 

49 ans. Fidel Castro aura dirigé Cuba pendant près d’un demi-siècle, avant de passer le flambeau à son frère Raoul en 2008. Son décès, le 25 novembre dernier, a provoqué des réactions à la mesure du rôle qu’il a joué non seulement à la tête de son pays, mais dans l’histoire du XXème siècle.

Une chronique publiée par Le Figaro rendit immédiatement hommage au « boucher de La Havane ». Quand elles viennent d’un certain côté, la rage et l’outrance valent compliments. Au demeurant, c’est d’abord au peuple cubain de juger. Lors d’un reportage diffusé par France 2 (qui ne passe pas pour un repaire de pro-castristes échevelés) sur le trajet effectué par les cendres du Commandante, une villageoise confiait, les larmes aux yeux : « j’ai confiance dans l’avenir de mon pays ». Une phrase toute simple, qu’on peine pourtant à imaginer prononcée dans un des « riches » pays occidentaux.

Même parmi les critiques les plus acerbes, beaucoup reconnaissent les remarquables résultats obtenus par exemple dans le domaine de l’éducation, ou bien de la santé (Cuba était même à la pointe de la recherche mondiale pour le traitement de certains cancers). Et si le niveau de vie n’égalait évidemment pas celui de la Norvège, il convient de rappeler le point de départ de l’île lorsque les Barbudos chassèrent la marionnette de Washington, Fulgencio Batista. La comparaison avec le malheureux voisin haïtien d’aujourd’hui, en proie à la misère la plus noire, aux épidémies ravageuses et au dénuement lié à l’absence d’Etat, est édifiante.

Certes, Cuba n’est pas sorti des difficultés auxquels le pays est depuis longtemps confronté. Et le système n’y est exempt ni d’erreurs, ni de pesanteurs paralysantes. Encore faut-il comprendre celles-ci dans le contexte du brutal embargo décrété par Washington en 1962, et dont le principe n’a été remis en cause que récemment – et encore, avec quelle timidité ! Pour la seule année 2014 par exemple, le blocus a coûté au peuple cubain la bagatelle de 116 milliards de dollars… L’Union européenne vient pour sa part de signer un accord d’association avec La Havane, après avoir, des années durant, imposé son propre système de sanctions.

Au demeurant, les dirigeants cubains n’ont pas la prétention d’ériger leur pays en modèle. Il n’est en revanche pas interdit de tirer quelques leçons « à l’ère de la mondialisation » selon l’expression consacrée. Le mantra idéologique le plus rabâché est que désormais « plus aucun pays ne peut espérer s’en sortir seul ». Et que le plus grand péril qui menace les Etats serait de sombrer dans l’isolement. La France, en particulier, n’y survivrait pas… alors que l’île des Caraïbes, quasiment sans matière première ni énergie, et dans un sous-développement absolu il y a quelques décennies encore, a eu le courage de faire face !

Cuba n’a pas choisi l’isolement. Il lui a été imposé, avec son cortège de sacrifices cruels dans la vie de tous les jours. Il lui a été imposé parce que ses dirigeants ont refusé de se soumettre à la loi de son voisin impérial. Auraient-ils souscrit à cette tutelle, la vie (d’une partie) des Cubains en aurait peut-être été (un peu) plus douce. Dans un tout autre contexte, le régime de Vichy justifiait déjà la collaboration avec l’Occupant par l’adoucissement des conditions de la défaite, et les avantages économiques que la France pourrait tirer de sa soumission.

Comparaison n’est pas raison, mais comment ne pas faire un certain parallèle avec les plaidoyers pour une « gouvernance mondiale », le libre échange, l’intégration européenne ? Pour le dire vite : pour peu que les citoyens abandonnent leur souveraineté nationale – plus poliment : la « partagent » – et les avantages de la globalisation seront notables pour les consommateurs : tablettes, tee-shirts ou vols « low cost » à prix cassés…

Ce marché, cette logique, les dirigeants cubains ne les ont pas acceptés. Au vu des millions de femmes et d’hommes qui ont tenu à saluer le passage de l’urne funéraire, ce courage était approuvé. Cela s’appelle la dignité. Cela s’appelle l’indépendance.

Les coopérations internationales sont légitimes et nécessaires. Mais pas la soumission. Il faut choisir entre la liberté de décider de son avenir et la baisse du prix des télécoms, estiment en substance les chantres de la « mondialisation heureuse » à la Alain Minc. « Patria o muerte » (la patrie ou la mort) répond comme en écho la devise nationale cubaine.

Il serait mieux d’éviter le stade ultime de cette dernière alternative. Pendant qu’il en est encore temps.

Publié par Frédéric Maurin à 18:24pm - Voir le commentaire ()
Avec les catégories : #fidel castro , #ruptures , #presse libre

22 Décembre 2016

Ecopla : l'urgence

l'urgence d'une zone à défendre :

Ce 20 décembre 2016, au matin, des voisins alertaient les salariés d'Ecopla à Saint Vincent de Mercuze pour signaler qu'un camion italien était entré dans l'enceinte de l'entreprise.


Immédiatement, les réseaux de soutien aux ECOPLA se sont mobilisés, durant cette journée et c'est près de 400 personnes se sont placées devant la grille d'entrée.
Ce camion était-il destiné à déménager l'entreprise avec le but de tuer la création de la SCOP ?


Une délégation composée du Maire de la commune, du liquidateur désigné et pour le personnel de Christophe Chevalier et Karine Salaün ont pu pénétrer à l'intérieur de l'entreprise. S'il n'y a pas de chargement, du matériel a été emballé, il y a des fenwick.

Le groupe italien qui a racheté les machines veut faire vite, quitte à sacrifier l'emploi des anciens salariés d'Ecopla.


A l'intiative de la CGT, le collectif ECOPLA montera dès ce soir des tours de garde pour empêcher le déménagement, dès demain matin, une délégation de salarié-e-s se rendra à Paris pour interpeller les Ministères concernés.


Bien entendu, toutes les bonnes volontés sont les bienvenus demain matin devant le site ECOPLA.

Adresse : Route Nationale 90, 38660 Saint-Vincent-de-Mercuze

Transports en commun : bus : prendre ligne 6060 à la gare de Grenoble ou Victor Hugo, direction Chambéry. Arrêt Haut Touvet e.d.f. Prochain départ à 12h25.

l'urgence d'un projet à défendre :

et l'urgence d'une idée à défendre :

Car, comme le relate l'Humanité, c'est un changement de règles de ce type qui doit être gagné :

"Trois évolutions légales sont évoquées. La première est de contraindre les présidents de tribunaux de commerce à s’emparer du cas d’une entreprise en difficulté lorsque trois alertes leur ont été envoyées, provenant des organismes sociaux, des commissaires aux comptes ou des salariés. À charge pour ces juges consulaires de demander des informations tangibles aux dirigeants et de ne pas lâcher le morceau le temps que l’activité reprenne des couleurs. Un suivi qui a manifestement manqué à Ecopla.

Deuxième piste : obliger le mandataire judiciaire à examiner au même niveau une offre de reprise d’activité et un plan de cession d’actifs.

Troisième infléchissement, « même si le mandataire social n’a plus aucun droit sur une entreprise lors d’une procédure de cession d’actifs, il continue d’avoir une existence juridique et à être informé. Ce droit doit être équivalent pour les instances représentatives du personnel, qui devraient pouvoir engager des procédures », analyse Meryem Yilmaz.

Actuellement et comme l’a dit l’avocat de Cuki, « le critère social ne doit pas être un critère dans le choix d’offre de repreneur ». C’est justement ce scandale que les salariés d’Ecopla ne veulent plus voir."

Publié par Frédéric Maurin à 07:45am - Voir le commentaire ()
Avec les catégories : #ecopla , #scop , #industrie , #zad , #cgt

20 Décembre 2016

Le bilan du quinquennat de François Hollande en dix graphiques

La fin de l'année est là : c'est le moment des rétrospectives !

En voilà une :

Par la version "En ligne" d'Alternatives économiques qu'on soutient avec plaisir

avec plaisir donc, pas seulement parceque c'est une SCOP, mais surtout car ils font du bon travail.

Et c'est nécessaire pour qui veut prendre un peu de recul...

 

A signaler également, Lui président

Prix de l'innovation en journalisme, tout de même.

Publié par Frédéric Maurin à 22:08pm - Voir le commentaire ()
Avec les catégories : #hollande , #alternatives économiques , #lui président

9 Décembre 2016

Préparer les fêtes

c'est le moment.

Et voici quelques pistes.

Tout d'abord, on n'oublie pas les calendriers des services publics qui se dévouent sans demander votre numéro de carte bleue.

Ils le méritent...

Et même quand ils ne travaillent pas, ils bossent encore !

Comme ici à Grenoble, le 17 décembre 2016 de 10h30 à 16h00, à la caserne des pompiers de Grenoble (Philippeville) où le public, pas seulement féminin, pourra apercevoir les pompiers en plein exercice de grimper de corde. 

6 équipes de 10 (pas moins!) qui  se lancent un sacré défi : être les plus rapides pour 2000 montées. Pas moins. 

Une initiative au profit de l'ARSLA: Association pour la recherche sur la SLA

(Sclérose Latérale Amyotrophique, cliquez,pour en savoir plus)

On y court, au pas de charge, seul(e) ou en famille, donc.

Après le calendrier, l'agenda.

Celui du Mouvement de la Paix est superbe

Dans un autre registre, on n'oubliera pas un autre type de solidarité :

Les cinéphiles avertis seront heureux de voir et recevoir LE film de l'année 2016

Et, en salle en ce moment, d'aller voir le film de l'année 2017 :

(c'est à souhaiter)

Mais encore...

Cela se commande ici :

Les facétieux, ou bien les visionnaires, feront leur effet en (s')offrant des billets en Francs

Pochette cadeau de 3 billets de 1 franc (le Karl-Marx), 3 billets de 2 francs (le Jean-Jaurès), 3 billets de 5 francs (le Maximilien-Robespierre), 3 billets de 10 francs (le Louise-Michel)...

Le cadeau, les étrennes, par excellence pour vos connaissances europhiles.

Et pour réveiller les papilles, on affrontera évidemment les températures hivernales à grandes lampées de 1336

Publié par Frédéric Maurin à 23:36pm - Voir le commentaire ()
Avec les catégories : #noël , #fêtes , #2017 , #pardem , #fakir , #1336 , #pierre carles

4 Décembre 2016

Après le cirque des primaires

et avant les élections présidentielles, il y a d'autres scrutins plus sérieux.

Ne l'oublions pas !

Et même s'il n'y avait pas cela : 

Il faut travailler à défendre nos intérêts contre les leurs.

Personnellement, je m'y attelle dès jeudi

sans douter qu'il y aura d'autres dates et d'autres rencontres avec d'autres secteurs d'activité...

Publié par Frédéric Maurin à 11:45am - Voir le commentaire ()
Avec les catégories : #primaires , #cgt , #grève , #grève à la poste

2 Décembre 2016

Alu debout ! Avec et pour ECOPLA le 14 décembre à Grenoble

Avec des invités de marque, dont Charles Piaget.

Et, bien sûr, vous toutes et tous !

 

Avant cette date, les plus courageux et ou disponibles noteront qu'une  opération de collage est organisée sur Grenoble le 7 décembre.

Rendez-vous à 17h30 à la Bourse du Travail (32 avenue de l'Europe, 5e étage - Métallurgie).

Votre contact sur place, grand organisateur, l'excellent Patrick Bernard : on l'inonde de notre soutien ici -> ustm@cgtisere.org

Les abonné(e)s le savent bien, il y aura, là encore, du thriller :

 

Fakir N°77 « Macron nous a tuer » : les victimes d’Ecopla témoignent.

Publié par Frédéric Maurin à 22:25pm - Voir le commentaire ()
Avec les catégories : #alu debout , #ecopla , #fakir , #l'humanité , #emploi

1 Décembre 2016

François Hollande : prendre un peu de recul

C'est bien de se retirer.

D'ailleurs, ici aussi, on va prendre un peu de recul...

D'abord avec cette fleur de la pensée qu'est Le Monde Diplo (qui recule même au Cartel des gauches, 1924, je crois, tout de même...

Bon, vous y tenez à ce point à la photo souvenir ? Hein?

La voilà, vous l'avez !

Eh bien, la voilà !

Une belle campagne commune pour le Traité Constitutionnel Européen (2005).

Tiens, puisqu'on en parle d'ailleurs,

c'était il y a 3 ans.

Le citoyen Todd répondait à cette question :

Vous avez appelé à voter pour François Hollande, voyant en lui « un nouveau Roosevelt », évoquant l’avenir d’un « hollandisme révolutionnaire »… Vous ne le regrettez pas ?

« Non, car il nous a débarrassé d’une droite folle, qui cherchait une issue à son impuissance dans la désignation de boucs émissaires. Mais alors, les vrais problèmes apparaissent à nu : la débâcle économique de la France. Tous les voyants sont au rouge, en France et en Europe. Et la crise de Chypre a fait prendre conscience aux peuples de l’incompétence des gouvernants : un Pierre Moscovici est sans doute sympathique, mais il n’est pas au niveau pour comprendre ce qui se passe dans la zone euro.

Si je suis honnête, je dois reconnaître que la dernière prestation télévisée de François Hollande ne me rend pas optimiste. La politique du gouvernement est vouée à l’échec. L’euro est en train de détruire l’industrie française, et il détruira aussi François Hollande. Sauf que la messe n’est pas dite… J’ai parlé de "hollandisme révolutionnaire" en précisant qu’il n’apparaîtrait qu’après une période de conformisme débouchant sur un échec cinglant. Or on n’en est qu’au début : dans trois mois, ce sera pire, dans six mois, pire encore… La question devient : Hollande aura-t-il encore assez d’autorité pour imposer un revirement ? Le président français est le dirigeant du monde occidental qui, selon les institutions, a le plus de pouvoir, mais son pouvoir est devenu une fiction, il a été annulé par l’euro. Sortir de l’euro serait pour François Hollande la seule manière de reprendre le pouvoir – ce que je lui ai récemment dit, en tête à tête, mot pour mot. »

Enfin, la finance ayant perdu un des ses ennemis mortels (pour en voir un vrai, c'est par ici que vous cliquerez)  la parole, extirpée par Fakir, est laissée à l'un des ses petits soldats :

(soldat de la finance, si vous suivez encore)

10 minutes de vrai journalisme. Rare.

 

Publié par Frédéric Maurin à 23:11pm - Voir le commentaire ()
Avec les catégories : #hollande , #élections présidielles , #ps , #Parti Socialiste , #primaires