Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

5 Septembre 2011

Affaire DSK : note aux journalistes

 

Une sensibilité marxiste et républicaine n'exclut pas la compassion. Et je vais vous le prouver .

Sur l'affaire DSK, vous avez été une fois de plus pathétiques. Minables. 

Ouvrant vos journaux télévisés sur une série de non-évènements (le procès qui n'aura pas lieu, la déclaration qu'il ne fera pas...), j'aurais pu exprimer une sainte colère, voire même vous rappeler la leçon de Bourdieu :  

"De même que les prestidigitateurs attirent l'attention sur autre chose que sur ce qu'ils font, le fait divers "fait diversion". L'évocation du fait divers attire l'attention du public sur des faits qui sont certes de nature à intéresser tout le monde mais "sur un mode tel qu'ils ne touchent à rien d'important"...  Si on emploie des minutes si précieuses pour dire des choses si futiles c'est que ces choses futiles sont en fait très importantes dans le mesure[...où elles se substituent] aux informations pertinentes que devrait posséder le citoyen "lambda"  pour exercer ses droits démocratiques".

 

Mais non. J'ai décidé de vous laisser un chance. Une chance de faire pour une fois, une seule fois, votre travail.

Prenez cela pour de la charité chrétienne, de la fraternité, de la magnaminité...ce que vous voulez.

Mais prenez-le, reprenez-les donc ces trois scoops ! 

Bien avant de vous répandre sur l'affaire Nafissatou Diallo (d'ailleurs, personne n'a évoqué la piste sarkozyste sur le mode " Baisez plus pour gagner plus"), vous n'avez rien voulu voir ni entendre. Or : 

1/ Le procès de DSK a déjà eu lieu et aucun d'entre vous n'en a parlé. Il a déjà été acquitté et vous n'en avez rien dit. Je vous donne les minutes du procès ci-dessous. Vous n'avez désormais plus le droit au silence.

2/ Une pétition pour exlure DSK du Parti Socialiste et toujours en ligne, et vous ne l'avez ni signée (ce qui est votre droit le plus légitime) ni portée à la connaissance du public (ce qui est une faute majeure):

Appel à l'exclusion de DSK du Parti Socialiste

3/ Le pêché de chair n'est pas la seule faiblesse de DSK. Il se vautre bien, selon Fakir, dans les 7 pêchés du capital :

DSK : pourquoi on n'en veut pas ?  

1 186

           

                Le procès Dominique Strauss-Kahn

Source :   http://www.leplanb.org/ 

Gardes, faites entrer l’accusé !

Le président : Accusé, levez-vous  ! Socialiste, vous venez d’être élu à la tête de l’institution la plus détestée par les peuples du monde, le FMI, machine à produire de la misère chez les uns, des milliards chez les autres. C’est l’aboutissement d’un parcours qui vous amène aujourd’hui devant nous. La parole est à l’accusation.

Le procureur : Épouser une journaliste aussi puissante qu’Anne Sinclair représenta un coup de maître. Vous vous assuriez que tous ceux qui voulaient passer dans son émission « 7 sur 7 » sur TF1 vous mangeraient dans la main.

L’avocat : C’est encore votre théorie du complot ! Les médias, c’est plus complexe. Anne a présenté une émission de télévision avec Jean-Marie Colombani entre 1987 et 1989. Et alors ?

Le procureur : Et alors ? En novembre 1999, Colombani sanglote quand l’accusé doit démissionner du gouvernement : « Quel gâchis. Et quel ministre des Finances ! Qui peut se prévaloir d’un bilan aussi flatteur ? »

L’accusé [triomphant]  : Vous n’avez rien compris ! Colombani me devait beaucoup, mais pour une autre raison. En 1997, avec Lagardère, j’avais tout fait pour qu’il s’empare de L’Express. Chirac soutenant Dassault, j’ai téléphoné à l’avionneur pour lui signifier que le gouvernement Jospin n’accepterait jamais qu’il achète L’Express.

Le procureur [l’invite à poursuivre d’un ton doucereux]  : Mais expliquez-moi, vous déteniez un pouvoir sur Dassault et sur la presse ?

L’accusé [plus fanfaron que jamais]  : Et comment ! J’ai convoqué Dassault dans mon bureau et je lui ai rappelé que son principal client était l’État français. Il est idiot, mais il a compris.

L’avocat [atterré que l’accusé s’accuse tout seul, lui glisse à l’oreille de se remettre à jouer aux échecs électroniques. Puis, à voix haute]  : Monsieur le Président, mon client ironise. L’information était bien sûr indépendante du gouvernement quand il était ministre.

Le président [à l’accusé]  : Soit. Mais l’excellence de vos rapports avec Jean-Luc Lagardère n’est guère contestable. En octobre 1999, vous mettez sur pied l’accord franco-allemand qui lui offre le contrôle d’EADS pour presque rien. Même Claude Imbert vous en félicite : « Strauss-Kahn, voire le communiste Gayssot ont su faire sagement et discrètement le contraire de ce qu’ils racontent à leurs gogos. »

L’avocat : Les écrits d’Imbert n’ont pas plus de valeur devant cette cour que ceux d’un imbéc… [il hésite]… d’un Laurent Joffrin. [La salle se tord de rire en entendant ce nom. Le climat redevient jovial.]

Le président [qui réprime lui aussi son hilarité]  : Le 19 avril 2007, Arnaud Lagardère, parlant d’EADS, qu’il a presque coulé, estime : « Lionel Jospin et Dominique Strauss-Kahn ont fait ce qu’il fallait, dans l’intérêt du pays et de l’entreprise. Sans eux, EADS n’existerait pas. Il ne faudra jamais l’oublier. » Colombani, Lagardère, vous avez décidément beaucoup d’amis dans les médias…

L’avocat : Mon client n’est pas attaché à un clan particulier. Il entretient aussi d’excellentes relations avec les chanteurs rebelles, comme Patrick Bruel, et avec les intellectuels dissidents. Ses rapports avec Le Nouvel Observateur ont été ainsi décrits par un ancien journaliste du titre : « Strauss-Kahn fait partie d’une espèce protégée dite “des amis du journal”. Rien n’est trop bien écrit pour les satisfaire. » Mais mon client est avant tout un homme ordinaire [stupeur et ricanements dans la salle].

Le procureur : Ordinaire ? Dans l’affaire de la MNEF, une mutuelle étudiante alors tenue par ses amis socialistes, il a obtenu 630 000 francs d’honoraires pour une transaction qui pouvait se passer d’intermédiaires. Son palais de Marrakech est l’un des plus luxueux de la ville avec celui de BHL. Souhaitez-vous que je poursuive ?

L’accusé [levant la tête de son jeu d’échecs]  : Guy Bedos a répondu pour moi : « Dominique est un de ceux qui sont le plus à même de renifler la vraie population de ce pays. »

Le président : Venons-en donc à vos rapports avec le peuple. Comment un dirigeant socialiste [rires dans la salle] peut-il estimer que les pauvres sont inaptes à la démocratie. Préféreriez-vous que seuls les journalistes élisent les candidats socialistes ?

Le procureur : En tout cas, moins d’un an après avoir été écrasé par les militants du PS lors des primaires présidentielles, l’accusé a été élu, triomphalement, directeur général du FMI grâce au soutien de M. Bush, de M. Sarkozy et des banquiers du monde… En juin 2003, en pleine bataille contre la réforme Raffarin-Fillon des retraites, il estimait que « le gouvernement s’est attaqué à un dossier très difficile ; il faut lui reconnaître ce mérite ». Mais sa retraite à lui est assurée. Au FMI, il la percevra au bout de trois ans – pas de quarante – et elle sera de 60 000 euros par an. Une misère, certes, mais il va toucher pendant cinq ans 300 000 euros annuels, nets d’impôts…

L’accusé [lassé]  : Je répète ce que j’ai dit sur France Inter le 9 novembre 2004 : « Je fais les courses comme tout le monde. J’en fais comme tous les salariés qui n’ont pas beaucoup le temps pour faire les courses. » Bon, j’aime mettre du caviar sur mes épinards…

Le président : Le 5 février 2006, sur LCI, vous déclarez : « Moi je ne veux pas que mes enfants, que les enfants de M. Beytout soient précarisés. » M. Beytout, qui vous interrogeait, est né à Neuilly, il est directeur du Figaro et héritier d’une très grosse fortune. Le risque de voir ses enfants « précarisés », ou les vôtres, vous angoisse-t-il vraiment ? Et est-ce pour cette raison qu’en janvier 1999 vous avez tenté de réduire fortement la fiscalité des stock-options ?

L’accusé [excédé]  : Comme mon ami Edwy [Plenel], j’entends qu’on sorte des boîtes ! J’ai expliqué dans mon livre La Flamme et la cendre que « la redistribution est près d’avoir atteint ses limites » et que « le socialisme ne peut avoir pour seul objectif de résister ».

Le président : Faites entrer le témoin de la défense. [Bernard Tapie apparaît, bronzé et couvert de bagues, trois montres Rolex à chaque bras.] M. Tapie, en avril dernier vous déclariez : « Le candidat de mon choix était Dominique Strauss-Kahn. C’était le plus expérimenté, le plus compétent, le plus proche de mes idées. » Or vous avez voté Sarkozy dès le premier tour.

Le témoin : Les socialos, je l’ai dit, ont fait « une énorme connerie » en choisissant une tocarde. Mais je reste à gauche, hein  ! J’ai d’ailleurs prévenu que, « l’élection présidentielle étant passée, je défendrai plus Strauss-Kahn que Sarkozy ».

Le procureur : Votre manège est bien étrange.

Le témoin : Pas du tout ! DSK et Nicolas, qu’Anne Sinclair a invité onze fois à « 7 sur 7 », bouffaient déjà ensemble chez Pinault il y a dix ans. Dans Capital de juin 1999, Sarkozy s’est même amusé de la pingrerie de son ami socialiste : « Je l’ai reçu à dîner chez moi plus souvent qu’il ne m’a invité. » Denis Kessler, du Medef, a écrit avec Dominique un bouquin à la gloire des fonds de pension. Kouchner faisait la course avec DSK avant de le retrouver chez Sarko ! On veut tous gagner un maximum d’oseille, c’est ça la démocratie. [Il sort en pétant.]

Le procureur : Le 13 mars 2002, l’accusé déclare dans un débat télévisé : «  C’est normal qu’on fasse l’aller-retour entre le monde de la politique et celui de l’entreprise, et c’est même souhaitable. » Jean-Pierre Raffarin lui répond alors : « Ça, ça va pour Dominique Strauss-Kahn, qui est proche des grands patrons  »….

L’accusé [l’interrompt indigné]  : Je ne suis pas le seul ! Regardez tous mes amis. Mon ancien conseiller Stéphane Boujenah vient de rejoindre la banque d’affaires Crédit suisse First Boston Technology Group. Daniel Cohen est consultant à la banque Lazard. Jean Peyrelevade gère une banque d’affaires et mon voisin de Marrakech, Serge Weinberg, également proche de Fabius, dirige un fonds d’investissements… Cette diabolisation de l’argent est inadmissible !

Le président : La cour voudrait surtout comprendre vos idées. En novembre 2005, vous lancez : « Debout les socialistes, la France a besoin de vous ! Il faut construire une union populaire. » En 2002, vous penchiez pourtant pour la privatisation d’EDF et de GDF. Mais deux ans plus tard, en juin 2004, vous signez avec Éric Besson un article hostile à cette privatisation. Enfin, en 2006, vous proposez que « la chaire de physique nucléaire de l’université Paris VI soit financée par EDF, si EDF trouve que c’est bon pour son image ».

L’accusé : Ministre, j’expliquais déjà en 1999 aux députés socialistes que « Keynes a fait davantage que Rosa Luxemburg pour la classe ouvrière ».

Le procureur : Là, il ne s’agit pas de Keynes, mais de Thatcher ! Et puis, si les sociaux-démocrates allemands n’avaient pas fait assassiner Rosa Luxemburg, elle aurait accompli davantage encore pour les ouvriers allemands…

Le président : Selon le journaliste Philippe Cohen, l’accusé a fait appel à un cabinet de conseil, TD International, fondé par William Green, un ancien de la CIA, pour être élu à la tête du FMI. Étonnant, non ?

L’avocat : Nullement. Les grands électeurs du FMI n’ont pas été choqués par cette marque d’ouverture.

Le verdict est rendu sans tarder. Déclaré « aussi socialiste que François Hollande », l’accusé est acquitté.

Publié par Frédéric Maurin à 08:19am
Avec les catégories : #rupture tranquille

commentaires

DÉMOCRATIE, J'EFFACE TON NOM 23/12/2014 17:33

Je suis un très grand bavard mais là j'en reste muet. Je suis fils d'un ouvrier qui s'est battu pour le front Populaire. A force de se retourner dans sa tombe il doit se croire devenu derviche tourneur. J'en pleur de ne pouvoir rien faire, trop vieux pour monter des barricades et foutre le feu à l'assemblée nationale. J'ai 73 ans et ne peut que voir les catastrophes.

Frédéric Maurin 24/12/2014 05:56

" trop vieux pour monter des barricades et foutre le feu à l'assemblée nationale"...mais non ! On vous demande juste de passer le balai :

http://rupturetranquille.over-blog.com/2014/11/que-faire-ce-15-novembre-du-balai.html

Frédéric Maurin 23/12/2014 21:26

Salut citoyen.

Allons, la période n'est pas facile, un fort vent de droite souffle sur le vieux pays, mais tout de même. En 36, et par extension sous la IIIème république, il y avait des responsables politiques assez gratinés, aussi.

Quant à l'âge, à votre âge, vous savez que l'âge ne fait rien à l'affaire...j'ai une amie militante de 85 ans (plusieurs années que je dis qu'elle a 85 ans...), elle prend des bâtons de randonnée si nécessaire mais elle ne rate pas une manifestation.

Lui aussi a bien plus de 73 ans:

http://rupturetranquille.over-blog.com/2014/05/portrait-d-un-abstentionniste.html

Et alors ? Cela va mieux ?

Je vous souhaite, après cela, une très bonne soirée et j'espère de bonnes fêtes.