Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

12 Mars 2013

Des brigades républicaines en route pour l'Alsace

sur un air de "UE, vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine".

Il est piquant de constater que la région test du gouvernement socialiste est l'une des seules régions UMP...explications plus bas sur la nature du projet, projet de déconstruction républicaine. 

ENGAGEZ-VOUS DANS LES BRIGADES RÉPUBLICAINES POUR MENER LA CAMPAGNE D’ALSACE ET FAIRE GAGNER LE « NON » LE 7 AVRIL !

Par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 6 mars 2013.


Le 7 avril 2013 un référendum aura lieu en Alsace. La question posée sera : « Approuvez-vous le projet de création, en Alsace, d’une ‘‘Collectivité Territoriale d’Alsace’’, par fusion du Conseil Régional d’Alsace, du Conseil Général du Bas-Rhin et du Conseil Général du Haut-Rhin. » Ce référendum a une portée éminemment nationale. Son enjeu est le suivant : allons-nous mettre le doigt dans un engrenage qui va broyer la démocratie française, remettre en cause le principe sacré de l’égalité des citoyens, éliminer la souveraineté populaire et nationale, créer de grandes régions appelées « euro-régions » contournant l’État-nation et directement branchées sur les oligarques de Bruxelles, livrer nos territoires au marché ?

Ce référendum en Alsace va jouer le rôle d’un laboratoire pour tester les possibilités de démembrement de la démocratie française et de la République. Tous les citoyens français sont concernés, pas seulement les Alsaciens. Comme en 2005, faisons gagner le "non" !

REJOIGNEZ LES BRIGADES RÉPUBLICAINES, APPELEZ A LES REJOINDRE !


Que vont faire les Brigades républicaines ?

  • Elles vont s’organiser en équipes pour mener la campagne du « non » avec le M’PEP et ses alliés : distributions de tracts sur les marchés, devant les grandes surfaces, les rues piétonnes, à la porte des entreprises, organiser des réunions publiques, coller des affiches, faire signer l’appel à voter « non »…

  • Elles se répartiront en groupes dans les deux départements, par villes et cantons.


Qui peut rejoindre les Brigades républicaines ?

  • Tous les citoyens français, qu’ils soient d’Alsace ou d’une autre région, peuvent participer aux Brigades. Il suffit de remplir le bulletin ci-dessous et de l’envoyer au M’PEP. 

  • Vous pouvez vous inscrire pour la période que vous souhaitez, à l’endroit que vous souhaitez !

  • Le M’PEP, avec ses alliés, assurera la coordination de l’ensemble.


Pour accéder au bulletin d’inscription aux Brigades républicaines, cliquez ci-dessous :
http://www.m-pep.org/spip.php?article3218

REFERENDUM EN ALSACE LE 7 AVRIL : LE M’PEP APPELLE À VOTER « NON » !

Communiqué du Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 28 février 2013.

Collectivité territoriale d’Alsace et Acte III de la décentralisation : la destruction de la République est en marche ! Tous les Français sont concernés.

En effet, le 7 avril prochain se tiendra en Alsace un référendum portant sur la création d’une « collectivité territoriale d’Alsace ». Cette création, si malheureusement elle a lieu, se traduira par la fusion des deux départements du Bas et du Haut-Rhin et de la région Alsace en une entité unique.

La mise en place de la collectivité territoriale d’Alsace est justifiée par le gouvernement notamment pour les raisons suivantes :

  • Intégrer cette collectivité à l’espace rhénan, préfigurant ainsi les euro-régions, faisant voler en éclat le cadre national et les garanties d’égalité entre citoyens qui lui sont attachées.

  • Réaliser des économies de fonctionnement, autrement dit couper dans les dépenses publiques pour faire face à un « cadre budgétaire de plus en plus contraint  ».

  • Supprimer les communes et les libertés qui leur sont attachées et les remplacer par des « territoires de vie ».

  • Adapter le droit du travail aux spécificités locales, cette disposition avancée dans le document préparatoire étant délibérément occultée dans le document officiel, afin de placer les travailleurs français au même niveau de (non)-droit que les frontaliers suisses et allemands.

Ce projet de fusion de collectivités s’inscrit donc dans une volonté de reconfigurer l’organisation territoriale de la France en fonction des impératifs de la globalisation et de la construction d’une Europe supranationale affranchie de toute souveraineté populaire. Il s’agit d’une attaque de nature politique extrêmement violente contre les principes d’égalité, d’unité et d’indivisibilité de la République, ainsi que contre les droits sociaux. Il préfigure le démantèlement de l’État, du territoire national et de l’idée même de peuple français. Ce référendum qui, sous un habillage démocratique, sollicite des citoyens leur accord pour agir contre eux-mêmes, est une ignominie.

Le MPEP appelle en conséquence tous nos concitoyens d’Alsace à voter « non » lors du référendum du 7 avril 2013. Comme il faut plus de 25% des inscrits dans chaque département pour valider le vote, les blancs, nuls et abstentions seront également comptabilisés comme les « non ». Mais le « non » est plus clair politiquement.

Le M’PEP appelle à la constitution de « Brigades républicaines ». Composées de volontaires alsaciens et de toute la France, elles iront mener campagne dans toute l’Alsace pour obtenir la victoire du « non », comme lors du référendum de 2005.

  • VOTEZ « NON » ET APPELEZ A VOTER « NON » LE 7 AVRIL 2013 !

  • REJOIGNEZ LES BRIGADES RÉPUBLICAINES, APPELEZ A LES REJOINDRE !

Pour tout contact : M’PEP Alsace

mpep-alsace@m-pep.org

LA RÉPUBLIQUE EST UNE ET INDIVISIBLE ! NON AUX PROJETS DÉLÉTÈRES DE L’UNION EUROPÉENNE ET DU GOUVERNEMENT !

Par les Clubs penser la France (CPF), le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP) et le Pôle de renaissance communiste en France (PRCF).

Le 3 mars 2013.

Confortée et approfondie par les acquis de civilisation de la Résistance et de la Libération, la République une et indivisible fondée par la Révolution française est en danger de mort. Ce principe constitutionnel, qui garantit notamment l’unité territoriale de la Nation et l’égalité des citoyens devant la loi, la protection sociale et les services publics, est en effet incompatible avec l’actuelle « construction » européenne, et tout spécialement avec son étape actuelle : le « saut fédéral européen » et son volet territorial : l’Europe des régions.

Ces deux objectifs affichés par les eurocrates sont en effet tournés contre la souveraineté, l’unité territoriale et l’existence même des États constitutifs de l’Union européenne (UE). À l’arrière-plan des décisions préparées à Paris, on trouve la situation très inquiétante de l’ensemble de l’Europe occidentale : outre les politiques d’austérité qui, sous couvert de sauver l’euro, plongent les peuples dans la misère et marginalisent une part croissante de la population, des processus sécessionnistes inquiétants s’approfondissent en Belgique, en Espagne, en Italie, voire au Royaume- « Uni ». Il est difficile de croire que si ces processus vont à leur terme dans les pays voisins, favorisant l’ « évaporation » déjà avancée de la Belgique et de l’Espagne, notre pays sortira indemne de cette balkanisation rampante du sous-continent.

C’est dans ce contexte qu’il faut examiner les projets délétères que sont l’Acte III de la décentralisation, la ratification promise par François Hollande de la « Charte européenne des langues régionales et minoritaires » et le référendum régional prévu le 7 avril 2013 visant à instituer l’Alsace comme « région d’Europe » tournée « vers l’espace germano-suisse ».

Faut-il s’étonner si le MEDEF se félicite des évolutions institutionnelles en cours ? Il en est l’inspirateur direct puisque, dans son manifeste intitulé « besoin d’aire », Mme Parisot se prononce pour la « reconfiguration des territoires », pour de « nouveaux transferts de souveraineté » de l’État vers Bruxelles et vers les euro-régions dans le cadre des futurs « États-Unis d’Europe », sans oublier l’ « Union transatlantique », dont le président Obama a annoncé le lancement dans son « Discours sur l’état de l’Union ».

C’est pourquoi, attachés au progrès social, à la souveraineté des nations et à la coopération internationale entre peuples souverains, le M’PEP, le PRCF et les Clubs « penser la France », appellent ensemble avec vigueur à :

1°)- Rejeter dans son principe même l’Acte III de la décentralisation que prépare le gouvernement. Certes, on peut approuver l’objectif d’une déconcentration des décisions administratives et de la décentralisation quand cela peut réellement favoriser la démocratie locale. Mais le démontage institutionnel qu’on nous prépare est d’une autre nature. En effet, la nouvelle étape de la décentralisation proposée par MM. Hollande et Valls vise à dessaisir encore davantage l’État-nation en un moment où il est déjà réduit à la portion congrue par la mise en tutelle de la France sur les plans monétaire et budgétaire. L’Acte III de la décentralisation vise en effet à majorer le pouvoir déjà démesuré des « présidents de région » (sic), à leur permettre de moduler la loi républicaine, à leur donner de nouvelles compétences socio-économiques, à faciliter la création de « régions transfrontalières » effaçant les frontières d’État, à dialoguer directement avec Bruxelles en court-circuitant Paris, à inscrire les régions dans une « concurrence libre et non faussée » entre territoires français au seul avantage des sociétés transnationales.

C’est la porte ouverte au moins-disant social entre territoires, à l’évaporation de la laïcité républicaine sur le « modèle » de l’Alsace-Moselle, au délitement final des services publics d’État, de la Sécurité sociale, des caisses de retraite nationales et du « produire en France » puisque les nouvelles féodalités régionales directement connectées sur Bruxelles réguleront de plus en plus le développement économique, donc à termes les négociations entre employeurs et salariés. Le grand patronat soutient ces projets antinationaux. Il en espère la mort des conventions collectives, des statuts, du secteur public, du SMIG, du baccalauréat national et des diplômes universitaires d’État. Bref, c’est une accélération stratégique de la liquidation de l’ « exception française » héritée de 1789-93 et de 1945-47, avec à la clé une marche précipitée à la privatisation générale des activités.

Quant au projet de métropolisation du territoire, il liquiderait ce qui subsiste des Communes et des départements – cet héritage de la Révolution française. Il aggraverait les déséquilibres territoriaux, diminuerait l’offre de services publics, étranglerait la ruralité, rendrait encore plus difficile la vie quotidienne de nos concitoyens – notamment de ceux qui sont d’origine populaire – en les obligeant à des déplacements de plus en plus importants pour se soigner, s’éduquer, traiter leurs affaires administratives ou pour se ravitailler. Car c’est la suppression d’un maximum de services de proximité qui est prévue pour « faire des économies d’échelle » au détriment des citoyens tout en maximisant le retour sur investissements des grandes entreprises.

2°)- Refuser la Charte européenne des langues régionales et minoritaires. Il ne s’agit évidemment pas de mépriser les langues régionales, ce patrimoine culturel indivisible de la nation qu’il faut enseigner dans le cadre de l’Éducation nationale tout en revalorisant fortement l’enseignement du français, « langue de la République » aux termes de la Constitution. Mais il faut refuser que les langues régionales ne servent de prétexte à la division ethnicisante des territoires, au désétablissement de fait du français, à la destruction de fait du statut de la fonction publique (ce sera le cas quand un fonctionnaire ne pourra plus être nommé dans la région dont il ne parle pas la langue régionale), à une montée en puissance dangereuse des mouvements sécessionnistes et irrédentistes sur les frontières du pays. Et aussi à une officialisation rampante du « tout-anglais » promu par l’UE et par le MEDEF au détriment des langues nationales des pays d’Europe. Le tout-globish envahit toute l’Europe. C’est le moment choisit par Geneviève Fioraso, la ministre de l’Enseignement supérieur, pour démanteler de fait la loi Toubon à l’université pour étendre l’enseignement en anglais. Les défenseurs républicains des langues régionales doivent faire cause commune avec la défense de la francophonie – si menacée du Québec aux communes francophones de la région de Bruxelles – contre l’imposition à l’Europe d’une langue unique, facteur de discriminations linguistiques, de pensée unique et de destruction de la diversité culturelle européenne et mondiale.

3°)- Appeler nos compatriotes alsaciens à voter non ou à boycotter le référendum régional du 7 avril 2013 portant fusion des trois collectivités publiques alsaciennes. Le but réel de cette consultation régionale est d’autonomiser l’Alsace par rapport au reste de la France, à la placer dans l’orbite de l’économie allemande, à lancer le mouvement d’autonomisation des euro-régions de France vers l’isolement, le cavalier seul et la mise au rebut des lois laïques de 1905. Le but est de dénationaliser des territoires rendus autonomes et en concurrence avec tous les autres. Le but est de continuer à démanteler le pouvoir des parlements nationaux, par en haut avec les traités de l’Union européenne, et par en bas avec la création d’euro-régions. C’est la démocratie et la République qui sont en cause.

Nous appelons à la constitution de « Brigades républicaines ». Elles seront composées de volontaires qui agiront sur le terrain pour faire rejeter ce référendum.

C’est une reconstruction de l’unité territoriale de la France qui est nécessaire. Par la reconquête de la souveraineté du pays dans les domaines politique (sortie de l’UE), monétaire (sortie de l’euro), militaire (sortie de l’OTAN) et économique (sortie de l’OMC et du FMI). C’est ainsi que notre peuple pourra réindustrialiser son territoire, rééquilibrer sa balance commerciale, résorber le chômage de masse, développer tout le territoire national de manière harmonieuse, coopérer avec les autres peuples sur la base de nouveaux traités progressistes internationaux, liquider la domination mortifère des « marchés financiers », reconstruire les services publics d’État et la protection sociale, préserver la fonction publique territoriale… En un mot construire une nouvelle République sociale, souveraine et fraternelle.

Publié par Frédéric Maurin à 10:29am
Avec les catégories : #rupture tranquille

commentaires