Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

28 Mars 2012

François Hollande : le vote utile !

 

 Vote utile. L'expression est devenue le leitmotiv du Parti socialiste et de son candidat, François Hollande. Mais utile à quoi, à qui au juste ?

Le mieux est de laisser parler l'intéressé (CI du 22 03 2012) :

...à un journaliste du New-York Times évoquant la panique qui s'était emparée des Français aisés en mai 1981, François Hollande répond :

"C'était encore en pleine guerre froide et Mitterrand avait nommé des communistes au gouvernement. Aujourd'hui, il ne reste plus de communistes en France. (1)

La gauche a libéralisé l'économie et ouvert les marchés à la finance et à la privatisation. Il n'y a pas de crainte à avoir."

On peut déduire, sans trop torturer cette déclaration, que François Hollande n'a  qu'une chose à dire aux libéraux, aux marchés et aux privatiseurs : "N'ayez pas peur!".

Je ne vais pas m'épuiser dans une explication qui ne ferait que répèter ce qui a été écrit sur ce bloc-note et, bien plus brillamment, ailleurs ( tiens, au hasard ici : http://www.m-pep.org/).

Simplement, si vous croisez un citoyen qui entend, en toute bonne foi, "voter utile" pour Hollande, je vous laisse lui poser simplement cette question :

C'est utile à qui le vote Hollande ?

Et si le poids des mots (car on peut penser que Monsieur Hollande a pesé ses mots-là) ne suffit pas, ajoutez-y le choc des photos :


 58-7c7a3

  Paris Match, "le poids des mots, le choc des photos" et, accessoirement, une des danseuses du marchand de canons milliardairo- sarkozyste Lagardère:

 h-20-2269032-1304333852

Et si le vote utile, c'était en fait cela : http://www.placeaupeuple2012.fr/ ...

direz-vous alors ingénument à ce citoyen qui s'apprête, par son vote Hollande, à n'inspirer "aucune crainte aux marchés, aux financiers et aux privatiseurs"?

- "Pourquoi pas? Mais n'est-ce pas là faire le jeu électoral de l'Union pour une Minorité de Privilégiés et de Merkozy, son chef de file? " vous objectera-t'il en toute bonne foi (avec, remarquez-le, cette même bonne foi qui aurait pu le faire voter DSK Affaire DSK : note aux journalistes ).

- "C'est un risque" vous risquerez-vous justement à lui répondre."Mais de deux risques, ne faut-il pas choisir le moindre?" Car, comme disait l'autre : 

A vrai dire, ce n’est pas 2012 qui m’inquiète, c’est la suite.

Le Front national n’a évidemment pas changé. Le véritable carburant de l’extrême droite, c’est la crise économique, sociale et politique qui est devant nous. Le « pacte de compétitivité » Merkel-Sarkozy porte en lui la menace d’une terrible régression sociale. Si le PS ne rompt pas avec la politique de supplétif qui a été la sienne quand il a voté le traité de Lisbonne, son candidat pourra bien l’emporter en 2012, mais il offrira un boulevard à la conjonction dès aujourd’hui probable du Front national et d’une droite rejetée dans l’opposition, et cela dès les élections municipales, régionales et départementales de 2014. En s’emparant des leviers de l’action locale, l’extrême droite s’approcherait alors du pouvoir de l’Etat. La France, pour le coup, en sortirait défigurée !   Vers une conjonction Front National - UMP

Note :

(1) : ceci est non seulement inutilement blessant, c'est en plus faux.

Car il y a des communistes en France.

Tenez, rien qu'à côté de chez moi, j'en ai vu hier :

http://www.pcf-smh.fr/

Publié par Frédéric Maurin à 18:37pm
Avec les catégories : #rupture tranquille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Julie 16/04/2012 17:39


Voter Hollande, c'est évidemment être ensuite décue, mais beaucoup moins que s'il ne passe pas le premier tour, doublé par Mélenchon (ou même Le Pen, cf. Jospin ...). Parce que dans ce cas, on se
paie cinq ans de sarkozysme de plus.

Frédéric Maurin 18/04/2012 07:41



Salut citoyenne.


Je mesure pleinement le risque mais, pour paraphraser François Hollande, je dirais "qu"il n'y pas de crainte à avoir". Il semblerait que le "phénomène Mélenchon" s'inscrive dans le cadre (et
provoque) d'une montée globale du vote de gauche.


Oui, il y a peut-être transfert d'intention de vote du PS au FDG mais peut-être plus de "déçus de la gauche" qui n'iront pas à la pêche.