Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

30 Mars 2011

Frappe en Libye : l'alibi humanitaire...

Cela me démangeait.

Je n'avais pas osé. .

Heureusement, BRN l'a fait :

 

Sarkozy, dégage !

 

« Il s’agit d’une très lourde responsabilité, mais nous ne pouvons pas laisser Sarkozy et sa clique martyriser son peuple », vient de déclarer le colonel Kadhafi, en annonçant qu’il saisissait le Conseil de sécurité, et préparait l’aviation libyenne en vue d’imposer une zone d’exclusion aérienne au dessus de l’Hexagone.

 

A l’appui de ses propos, le Guide libyen a cité la récente mobilisation populaire qui, des mois durant, a mobilisé des millions de Français contre la réforme des retraites. « En refusant d’entendre les revendications, et en y opposant un refus criminel, le tyran de Paris a perdu toute légitimité », a poursuivi le colonel. Ce dernier a également évoqué le Non au référendum de 2005 que le maître de l’Elysée a bafoué « en faisant approuver par un parlement aux ordres » un nouveau traité, copie conforme du texte rejeté, a rappelé Mouammar Kadhafi.

 

A Tripoli, on confie que la montée en puissance de Marine Le Pen, que les élections cantonales viennent de confirmer, devrait inquiéter toute la communauté internationale. « Il faut garder en tête les leçons de l’Histoire, rappelle un proche du pouvoir : une telle ascension électorale serait lourde de périls pour la démocratie française ». Ainsi, soulignent des proches du Guide, il serait clairement possible d’invoquer la « responsabilité de protéger », innovation onusienne permettant à la communauté internationale d’intervenir dans les affaires d’un pays, y compris militairement, pour conjurer un péril grave et imminent.

 

« Où serait l’honneur de la Libye si nous laissions faire sans réagir ? », a pour sa part martelé le ministre des Affaires étrangères libyen, récemment revenu au premier plan après une querelle tribale qui l’avait tenu un temps éloigné du pouvoir.

 

Mouammar Kadhafi a cependant confirmé que son pays n’en appelait nullement à une croisade arabe contre un pays européen. Et pour écarter une telle interprétation, il a précisé agir « à la demande de l’Union européenne », et avoir déjà obtenu l’accord opérationnel de trois ou quatre des Etats parmi les plus importants de l’Union européenne, dont la Slovénie et Malte. Les dirigeants libyens sont cependant conscients des limites posées par Bruxelles : pas question d’opération au sol de soldats de la Jamahiriya – faute de quoi « l’opinion européenne pourrait rapidement se retourner » a averti Catherine Ashton, Haut-Représentant de l’UE.

 

Officiellement, le colonel Kadhafi se défend de vouloir renverser le président français. Mais, il y a quelques jours déjà, sous la pression d’un intellectuel intégriste unanimement respecté, il avait reçu sous sa tente deux représentants incontestables de l’opposition populaire française – MM. Borloo et Morin. Les ayant adoubés comme représentants officiels de la France libre, il les a chargés d’annoncer eux-mêmes que Tripoli était prêt à des frappes ciblées contre des objectifs stratégiques situés dans l’Hexagone.

 

De même que l’opposition libyenne a loué l’initiative de son vieil ennemi Kadhafi, la presse – connue pour être prompte à s’aligner derrière la politique du Guide, une situation inimaginable en Occident – a unanimement salué le courage politique du colonel, certains journaux critiquant cependant la lenteur à agir de ce dernier, dont le satrape français n’a pas manqué de tirer profit. Nul n’a en revanche évoqué le coût de l’opération, alors même que les enseignants libyens manifestaient dans les grandes villes du pays pour dénoncer l’austérité imposée à l’éducation. Il est vrai que la Libye doit respecter le pacte de stabilité mis sur pied par la Ligue arabe. Mais quand il s’agit de placer la force militaire en ordre de bataille, nul ne songe à évoquer les restrictions touchant l’éducation, la santé, le travail, le logement et autres domaines secondaires. Il est vrai que la Libye a pris de l’avance : elle est classée premier pays d’Afrique selon l’indice de développement humain (1).

 

La disproportion des forces devrait laisser peu de chances aux milices de Sarkozy, lui-même retranché dans son bunker élyséen. Signe de l’allégresse qui s’est répandue comme une traînée de poudre, des drapeaux libyens ont été agités dans le quartier populaire de Saint-Germain des prés.

 

Il reste à souhaiter que le Conseil de sécurité donne enfin son feu vert, sans s’encombrer de la Charte des Nations-Unies, vieux texte désuet fondé sur la non-ingérence dans les affaires de chaque pays-membre. Si les partisans de la souveraineté réussissaient à bloquer l’action de la communauté internationale, ils porteraient, devant l’histoire, l’immense responsabilité d’avoir laissé le peuple français dans les griffes de l’homme du Fouquet’s.

 

Cela signifierait que seuls les pays pauvres ou modestes – l’Irak, la Yougoslavie… – peuvent bénéficier de la sollicitude et de la solidarité de la communauté internationale. Et donnerait raison à ceux qui prétendent que l’ingérence, avatar du néo-colonialisme impérial, ne peut être qu’à sens unique.

 

Une assertion absurde et criminelle, qu’on espère voir démentir au plus vite.

 

(1) il s’agit ici de la seule information réelle de cet article (classement hors Djibouti) : http://hdr.undp.org/en/reports/global/hdr2009/chapters/francais//

 

Source : http://www.brn-presse.fr /

 

img058.jpg

A votre place, je m'abonnerais...

http://www.brn-presse.fr /

Publié par Frédéric Maurin à 19:24pm
Avec les catégories : #rupture tranquille

commentaires

Ousmer Anis 01/04/2011 03:27



Bonjour monsieur,


Votre blog est excellent, il décrypte réellement l'actualité contrairement aux média corrompus. Un homme politique possède une vision politique très proche de la votre... Nicolas Dupont Aignan.
Un homme qu'il faut soutenir dans sa démarche de souvraineté.


 


Cordialement