Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

20 Juin 2012

L'Euro fait des râles

Un tel titre ne peut venir que de Bastille République Nations...

Une18

Pour recevoir cet - indispensable- mensuel, c'est ici :

Bienvenue sur le site de Bastille-République-Nations

...et en attendant, voila l'éditorial :

Il n’y aura pas eu d’exception française. Au soir du 6 mai, Nicolas Sarkozy a été battu, comme le furent depuis deux ans la plupart des pouvoirs sortants au sein de l’Union européenne, et ce, quelle que soit leur couleur politique (Hongrie, Royaume-Uni, Pays-Bas, Irlande, Finlande, Portugal, Danemark, Espagne, Slovénie, Slovaquie, et Grèce). Le mécanisme est connu : les électeurs se voient proposer, pour défouler leur colère, de renvoyer l’équipe en place ; et les politiques menées continuent dans la même direction, puisqu’elles sont définies en commun par les uns et les autres en un lieu soustrait à la souveraineté des peuples – en l’occurrence à Bruxelles. Cela s’appelle l’« alternance », et même, pour les humoristes postmodernes, « la démocratie ».

En France, il n’en a pas toujours été ainsi. La question d’un changement de société était, jusqu’à la fin des années 1970, l’enjeu majeur des affrontements électoraux, avant que ne s’impose le modèle politique européen, où, entre « centre-gauche » et « centre-droit », les citoyens sont invités à choisir la décoration de l’abattoir.

Force est cependant de constater que, bien souvent, les majorités social-démocrates dépassent leurs rivales conservatrices en matière de reculs sociaux, de réformes libérales et/ou de privatisations. L’exemple le plus caricatural vient de Grèce, où c’est sous l’égide d’un premier ministre resté président de l’Internationale socialiste que les plans les plus régressifs ont été mis en œuvre. En Allemagne même, c’est sous le règne de Gerhard Schröder que la République fédérale a connu la remise en cause la plus brutale de la protection sociale (Harz IV) et la mise en place de la précarité.

Ce qui n’a empêché ni le président français sortant, ni son concurrent victorieux de vanter le « modèle allemand » et sa « compétitivité ». Au moins ne pourra-t-on pas reprocher à ce dernier de renier ses promesses. Il ne s’est nullement caché de vouloir – pour respecter les normes bruxelloises – opérer des coupes budgétaires qui pourraient se monter à 50 milliards d’euros. Tant il est vrai qu’on ne peut tout à la fois vouloir maintenir la monnaie unique, et échapper à l’austérité.

Faute de vouloir remettre en route le seul moteur qui vaille pour alimenter une croissance robuste – une hausse massive du pouvoir d’achat, à commencer par celui des fonctionnaires – le nouvel élu a évoqué des pistes qui se veulent innovantes. Il propose en particulier de lancer des « euro-obligations », autrement dit des emprunts qui ne seraient plus nationaux, mais bien communautaires. Il a pour cela l’appui du chef du gouvernement italien et du président de la Commission européenne. Angela Merkel, pour sa part, s’y oppose… du moins tant que les gouvernements nationaux disposent encore d’une petite marge de manœuvre sur leur propre budget. Ca tombe bien : le président de la BCE, son prédécesseur, et, justement, le ministre allemand des finances veulent en finir avec cette incongruité : avec d’autres, ils plaident désormais ouvertement pour un « saut fédéral ». Comme l’écrivait récemment le président de la très influente fondation d’outre-Rhin Bertelsmann Stiftung (1) : « le temps où, dans cette Union, chacun était libre d’opérer ses propres choix (…) est révolu ». Au moins, c’est clair.

Dans l’immédiat, la Commission européenne, qui publiait le 30 mai les feuilles de route pour chacun des pays, a certes tancé la France, mais a laissé jusqu’au début de l’été au nouveau pouvoir pour annoncer les « efforts » nécessaires.

Il semble que les directions syndicales considèrent que l’arrivée de François Hollande soit plutôt favorable au monde du travail. Au même moment, les marchés financiers témoignent de leur satisfaction en achetant des emprunts d’Etat à des taux qui n’ont cessé de baisser depuis quelques semaines.

Forcément, l’une des deux parties se fait des illusions.

On ne devrait pas attendre trop longtemps pour savoir laquelle.

Si on a encore un doute.

PIERRE LÉVY

(1) Le Monde du 11/05/12 


Hollande - Sarkozy : le débat n'a pas eu lieu ! surtout sur un sujet aussi essentiel. Ils préparent le saut - dans le vide - fédéral : il s'agit pas moins d'Un nouveau traité européen

Sans débat. Sans référendum ?

Ce serait anormal en démocratie...

Sous le titre, "Pas d'Europe sans citoyens", la lettre ouverte ci-dessous le demande.

Lettre ouverte à François Hollande pour un référendum sur le Pacte budgétaire :

La crise européenne est arrivée à un point crucial. Aveugles volontaires, nos dirigeants s’obstinent dans des politiques brutales d’austérité alors que la crise provient des dérives de la finance et de l’absence d’une véritable solidarité européenne.

Le "Pacte budgétaire" a été élaboré par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy pour corseter définitivement les politiques économiques, et imposer l’austérité au mépris du débat démocratique et contre les aspirations des peuples.

François Hollande se prépare à le faire ratifier par le Parlement nouvellement élu s’il parvient à faire adopter tout ou partie du "Pacte pour la croissance" qu’il propose aux autres dirigeants européens. Mais seul un débat démocratique avec une large participation populaire peut légitimement trancher sur des enjeux aussi essentiels.

A l’initiative d’Attac et de la Fondation Copernic, des responsables associatifs, syndicaux et politiques et des chercheurs (voir la liste ci-après) lancent une lettre ouverte à François Hollande : "Non au Pacte budgétaire, pas d’Europe sans citoyens !", demandant l’organisation d’un débat tranché par un référendum.

Pour lire la lettre, consulter les signataires, et la signer : http://www.france.attac.org/lettre-...

 

NB : Plusieurs des premiers signataires de la lettre ouverte seront présents au meeting contre l’austérité organisé le samedi 23 juin à Paris:  Le 23 juin avec le CAC: ne payons pas leurs dettes !

Premiers signataires :

Annick Coupé (Solidaires), Jean-Claude Chailley (Résistance sociale), Jean-Baptiste Eyraud (Droit au Logement), David Flacher (Utopia), Jean-Philippe Gasparotto (CGT Caisse des Dépôts), Roland Gori (Appel des appels), Pierre Khalfa (Fondation Copernic), Stéphane Melchiorri (Emmaus International), Damien Millet (CADTM), Martine Noël (Cadac), Jean-Marie Roux (CGT Finances), Henri Sterdyniak (Economistes atterrés), Maya Surduts (CNDF), Aurélie Trouvé (Attac), Sophie Zafari (FSU), Christophe Alévêque (artiste), Paul Ariès (directeur de rédaction), Nathalie Bajos (chercheure), Nathalie Berta (chercheure), Frédéric Boccara (chercheur), Paul Bouffartigue (chercheur), Jacques Bouteiller (chercheur), Alain Caillé (sociologue), Odile Chagny (chercheure), Gabriel Colletis (chercheur), Antoine Comte (avocat), Pierre Concialdi (chercheur), Philippe Corcuff (chercheur), Laurent Cordonnier (chercheur), Pierre Cours-Salies (chercheur), Thomas Coutrot (Attac), Bernard Defaix (Attac), Keith Dixon (chercheur), Cédric Durand (chercheur), Philippe Enclos (chercheur), Isabelle Ferreras (chercheure), Jean Gadrey (chercheur), François Gèze (éditeur), Jérôme Gleizes (chercheur), Alain Grandjean (chercheur), Susan George (présidente d’honneur d’Attac), François Gèze (éditeur),Gaël Giraud (chercheur), Vincent Glenn (réalisateur), Caroline Guibet-Lafaye (chercheur), Ozgur Gun (chercheur), Nicolas Haeringer (Mouvements), Jean-Marie Harribey (Conseil scientifique d’Attac),Marc Humbert (chercheur), Sabina Issehnane (chercheure), Sophie Jallais (chercheure), Florence Jany-Catrice (chercheure), Nicolas Jounin (chercheur), Catherine Jousse (REP), Sadri Khiari(chercheur), Dany Lang (chercheur), Emmanuel Lazega (chercheur), Frédéric Lebaron (chercheur), Catherine Lebrun (Solidaires), Alain Lipietz (chercheur), Frédéric Lordon (chercheur), Caroline Mécary (Fondation Copernic), Jérôme Maucourant (chercheur), Jacques Le Bohec (chercheur), Claire Le Strat (chercheur), Nathalie Marcu (Les Alternatifs), Christiane Marty (chercheure), Gérard Mauger (chercheur), Dominique Méda (chercheur), Julien Milanesi (chercheur), Patrick Mony (militant associatif), Francine Muel-Dreyfus (chercheure), Frédéric Neyrat (chercheur), Willy Pelletier(Fondation Copernic), Roland Pfefferkorn (chercheur), Alain Policar (chercheur), Dominique Plihon (Conseil scientifique d’Attac), Jean-François Ponsot (chercheur), Edmond Preteceille (chercheur),Philippe Quirion (chercheur), Christophe Ramaux (chercheur), Jacques Rancière (philosophe), Thierry Reygades (FSU), Michel Rousseau (Euromarches), Jeanne Singer (chercheure), Jean-Marc Tagliafarri (Initiatives Dyonisiennes), Lucie Tanguy (chercheure), Annie Thébaud-Mony (Fondation Henri Pézerat), Bernard Teper (Respublica), Bruno Théret (chercheur), André Torre (chercheur),Maryse Tripier (chercheure), Sylvette Uzan-Chomat (SNU Pôle Emploi), Patrick Viveret (philosophe), Philippe Zarifian (chercheur), Elisabeth Zucker (chercheure) Gilles Alfonsi (Association des Communistes Unitaires), François Asensi (Fase), Clémentine Autain (FASE), Francine Bavay (Conseillère régionale EELV), Farid Bennaï (Fase), Olivier Besancenot(NPA), Martine Billard (Parti de Gauche), Patrick Braouezec (Fase), Chantal Dhoukar (conseillère fédérale EELV), Jean-Claude Eyraud (Fase), Guillaume Floris (Gauche Anticapitaliste), Jacqueline Fraysse (Fase), Jacques Généreux (Parti de Gauche), Pierre Laurent (PCF), Nathalie Marcu (Les Alternatifs), Myriam Martin (Gauche anticapitaliste), Pierre Minnaert (conseiller fédéral EELV), Jean-Jacques Paris (ANECR), Francis Parny (PCF), Jean-François Pelissier (Alternatifs), Christian Piquet (Gauche unitaire), Christine Poupin (NPA), Stéphanie Treillet (Convergence et Alternative)

http://www.france.attac.org/lettre-ouverte-francois-hollande-pour-un-referendum-sur-le-pacte-budgetaire

A signer et faire circuler !

Pour mémoire, sous sarkozy, autant dire il y a un siècle, les mêmes avaient le pressentiment de ce "cas où le nouveau président élu et sa majorité décideraient de ratifier le Pacte sans consulter le peuple".


« Chaque fois qu’il y aura blocage, je ferai parler le peuple français », a déclaré Nicolas Sarkozy en annonçant hier sa candidature. Étrangement, il s’était bien gardé de le faire pour le traité de Lisbonne, la réforme de la Poste ou celle des retraites. Il l’envisage maintenant volontiers contre les chômeurs et les étrangers. Par Attac France.

Cette instrumentalisation du référendum au service d’une politique de boucs émissaires est nauséabonde. Nicolas Sarkozy essaie cyniquement de jouer de l’opposition entre les élites – dont il est la caricature – et le peuple.

Dans le même temps, François Hollande fait le jeu de Nicolas Sarkozy quand il déclare au Guardian que, s’il est élu Président de la République, il fera ratifier le Pacte budgétaire par le Parlement et non par référendum : il donne ainsi l’impression de vouloir esquiver le débat démocratique. Le dévoiement de la procédure référendaire par Nicolas Sarkozy n’autorise pas à évacuer le droit du peuple à se prononcer directement sur un enjeu historique après un débat éclairé.

En fait de renégociation du Pacte budgétaire, le candidat socialiste se satisferait en effet, toujours selon ses déclarations au Guardian, d’une « clause sur la croissance économique, dans ou à côté du Traité ». Mais rajouter une déclaration de principe sur la croissance à un Pacte qui aggravera la récession, en radicalisant l’austérité, n’aurait aucune signification. Pas plus d’ailleurs que d’implorer le retour de la croissance sans se poser de questions sur ses finalités ou sa viabilité écologique.

Devant la gravité des enjeux, la nécessité d’un référendum est posée. Pourtant Nicolas Sarkozy n’a pas évoqué l’idée d’un référendum sur le Pacte budgétaire, préférant stigmatiser les chômeurs et les étrangers. François Fillon, lui, en a parlé le 14 février devant les députés UMP, à propos de l’ajout de la « règle d’or » dans la Constitution. Bien sûr les motivations de M. Fillon sont tout sauf désintéressées : il veut obliger le Parti socialiste à défendre le « oui » devant des électeurs de gauche plus que sceptiques.

La question des politiques budgétaires et fiscales en France et en Europe est bien au cœur des enjeux d’avenir ; le peuple doit pouvoir en décider directement. C’est pourquoi Attac demande à tous les candidats aux élections présidentielles et législatives s’ils ont l’intention de donner aux citoyens français la possibilité de délibérer et de décider eux-mêmes de leur avenir et de celui de l’Europe.

Après les quatre questions que nous avons posées en octobre dernier sur la finance, nous soumettons aujourd’hui aux candidats trois nouvelles questions (ci-jointes) qui portent sur la démocratie en France et en Europe, et auxquelles nous souhaitons obtenir des réponses avant le 15 mars.

Six candidats nous ont déjà répondu en octobre sur la finance, nous espérons qu’ils répondront sur la démocratie. Nicolas Sarkozy nous avait alors répondu ne pas être encore candidat: il peut désormais répondre sans obstacle à l’ensemble de nos questions. Il en est de même pour François Hollande, qui n’avait pas souhaité préciser ses projets sur la régulation de la finance.

Après les élections, au cas où le nouveau président élu et sa majorité décideraient de ratifier le Pacte sans consulter le peuple, Attac proposera au mouvement social l’organisation d’un référendum d’initiative citoyenne ou d’une votation citoyenne, en France et en Europe, pour imposer un véritable débat démocratique sur le Pacte budgétaire.

Attac France,

Paris le 16 février 2012 

Etonnant, non ? Pour ma part, je pressens que les urnes vont bientôt prendre la rue... N'oubliez jamais !

Publié par Frédéric Maurin à 21:41pm
Avec les catégories : #Union européenne

commentaires