Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

11 Mai 2012

Législatives : Mélenchon candidat contre Le Pen !

Pourquoi pas ?

De toute manière, l'interessé devrait l'annoncer, sauf surprise, demain samedi 12 mai. 

Juste une remarque : il serait dommage, et le mot est faible, qu'une concurrence (libre et non faussée ?) au sein de la gauche de gauche ait pour effet d'offrir un siège de député au Front National.

L'enjeu est de taille si l'on se souvient A quoi sert le Front National ?

En effet, le M'PEP, soutien du Front de Gauche, présente également une candidate, Michèle Dessenne, dans la 11ème circonscription du Pas de Calais, comme l'indique l'article de la Voix du Nord ci-dessous: 

 

 

Pour débattre
avec Michèle DESSENNE
cliquez ici

  • Contact presse : 07 87 71 21 40

 

MICHÈLE DESSENNE : "SORTIR DE L’UNION EUROPÉENNE PAR LA PORTE DE GAUCHE !

jeudi 10.05.2012 La Voix du Nord

Michèle Dessenne, et son suppléant, Jean-François Maison, 53ans, assistant social au CH Lens.

VIE POLITIQUE

L’une, Michèle Dessenne, concourt sous la bannière M’PEP*, l’autre, Jean-François Maison, sous celle du PRCF**. ...

Tous deux forment un ticket commun pour les prochaines législatives. Résidant en Seine-Saint-Denis, Michèle Dessenne, 59 ans, est originaire du Pas-de-Calais (elle est apparentée à l’abbé Dessenne dont une rue d’Hénin porte le nom). Elle, qui fit partie de l’équipe fondatrice du mouvement Attac, n’a pas choisi de se présenter sur la 11 e par hasard. « Cette campagne a une signification nationale. Notre analyse est que la France est prise en tenaille entre les européistes, - UMP, PS, MoDem -, et une xénophobie montante, de Marine Le Pen à Sarkozy. Pour le FN, c’est un test grandeur nature, on ne veut pas lui laisser le monopole d’une campagne sur la sortie de l’Union européenne et de l’euro dont on sait qu’une grande partie de la population a conscience des effets néfastes. » C’est ce qui ressort des échanges avec la population sur les marchés d’Hénin et ses environs. Car le duo et leurs soutiens (le PRCF revendique 250 militants dans la région lensoise) laboure le terrain depuis plusieurs mois, et va organiser plusieurs réunions publiques d’ici le 10 juin, date du premier tour : « Ce n’est pas une candidature de témoignage », assène Mme Dessenne.

Pour la candidate qui se réclame des idées du conseil national de la résistance, la fin de la crise ne peut passer que par la sortie de l’union européenne, « pilier de l’ordre néolibéral mondial » et le retour au franc. « Si l’on ne reprend pas la souveraineté monétaire, on est livré aux marchés et aux intérêts de la dette, et aux politiques de rigueur. Il y a eu une unanimité à réenfourcher le thème de la réindustrialisation. Si on laisse le libre échange en place, comment réindustrialiser ? On se fout de la gueule du monde ! » Le propos du ticket est de concilier les drapeaux tricolore et rouge. « Le capitalisme ne veut plus des nations, on tire le signal d’alarme », souligne Jean-François Maison. Michèle Dessenne : « Il faut forcer le débat tabou à gauche qui est la question de l’union européenne et de l’euro. »

Position claire

Sur l’échiquier politique de la 11e, la concurrence sera forte à l’extrême gauche avec (pour l’instant), Lutte ouvrière et surtout le Front de Gauche. « Notre candidature n’est pas tournée contre Hervé Poly, assure Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF.

S’il avait eu une position claire sur la sortie de l’euro, on n’aurait pas présenté de candidat. » Le PRCF reproche la dérive « droitière » du PCF depuis la mutation des années Hue-Buffet. « Le PCF a oublié la classe ouvrière et l’indépendance nationale. Jusqu’à Georges Marchais, il avait été un parti patriote ».

Michèle Dessenne et Jean-François Maison animeront une réunion publique le 14 mai au café Le Météor de Carvin, de 18 h à 20 h.

* Mouvement politique d’éducation populaire.

**Pôle de renaissance communiste en France.

Le M'Pep présente par ailleurs des candidat sur la circonscription  de Marine LE PEN (FN canal virage social, néanmoins héritière du Père) et Bruno Gollnish (du même Front National, canal révisionniste). 

Affaire à suivre de très près donc, ici et ailleurs, urbi et orbi sur http://www.m-pep.org/

Deux mots d'explication quand même :

APRÈS AVOIR DÉGAGÉ SARKOZY, VOTONS M’PEP ET FRONT DE GAUCHE LE 10 JUIN !

La défaite de Sarkozy est un soulagement pour des millions de Français. C’est la preuve que le combat électoral conserve encore un sens et que la démocratie n’a pas été totalement vidée de tout contenu.

Mais ce sont maintenant les élections les plus importantes qui se profilent les 10 et 17 juin : les élections législatives. Leur enjeu est simple : confirmer la défaite de la droite dans toutes ses composantes et assurer la victoire des trois candidats du M’PEP ainsi que du plus grand nombre possible de candidats du Front de gauche.

Une majorité socialiste à l’Assemblée nationale, avec un président de la République socialiste, fera une politique d’austérité inspirée des « socialistes » Papandréou en Grèce (balayé aux élections dans son pays), Zapatero en Espagne (balayé) et Socrates au Portugal (balayé).

Le programme de François Hollande ne comporte aucune avancée sociale majeure du type de celles connues en 1936, 1945 ou 1981. Et encore moins de réformes de structure de l’économie rompant avec le système néolibéral.

C’est pourquoi le M’PEP apporte un soutien critique au Front de gauche, seul rassemblement à la gauche du PS. Avec 11,1%, celui-ci fait certes un bon score, lié notamment à l’excellente campagne menée par son candidat Jean-Luc Mélenchon. Mais ce résultat doit être compris comme un premier rassemblement à la gauche du PS, d’ailleurs favorisé par l’absence de personnalités médiatisées comme Olivier Besancenot et Arlette Laguillier. Les 11,1% obtenus par Jean-Luc Mélenchon sont inférieurs au score réalisé par les formations à la gauche du PS en 1995 (14,1%) et en 2002 (13,8%). Mais c’est mieux qu’en 2007 (9%). Nous sommes donc dans une phase de rassemblement à la gauche du PS, mais non dans une phase de conquête de l’électorat, particulièrement de l’électorat populaire.

Pour conquérir l’électorat populaire et ne pas en rester au simple rassemblement à la gauche du PS, le Front de gauche devra revoir son programme et son organisation. Il devra aussi clairement annoncer qu’il ne participera pas à un gouvernement dirigé par le PS.

Le programme du Front de gauche devra intégrer la sortie de l’euro et de l’Union européenne. À défaut, il devra au moins proposer un plan « B » au cas où les propositions qu’il fait de changer l’Union européenne de l’intérieur ne recevraient pas de réponse positive des autres membres de l’UE. Pour le M’PEP, c’est la condition décisive pour faire basculer des millions d’électeurs qui ont compris que ces mesures sont indispensables pour recouvrer la souveraineté nationale et populaire. Aucune politique de gauche n’est possible dans le cadre de l’Union européenne et avec l’euro. Le Front de gauche devra le reconnaître et laisser sa place au courant de gauche fidèle au « non » de gauche de 2005, qui prône encore et toujours la sortie de l’euro et de l’Union européenne par la gauche. En outre, les citoyens n’étant pas membres des partis composant le Front de gauche devront y trouver leur place.

C’est dès la campagne des législatives que sa place doit être faite à ce courant. En effet, le Front de gauche, qui s’était fixé pour objectif de contenir le Front national, est en échec sur ce point : jamais le Front national n’a obtenu d’aussi bons résultats à une présidentielle.

C’est pour ces raisons que le M’PEP présente trois candidats aux élections législatives

Cette décision est motivée par le refus du Front de gauche d’accueillir le M’PEP. Notre Mouvement a appelé à voter pour Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle. Il appelle également à voter pour les candidats du Front de gauche aux élections législatives. Toutefois, pour présenter ses idées aux citoyens et affronter le FN en proposant une alternative de gauche à ses électeurs, notre Mouvement présentera ses propres candidates et candidats dans trois circonscriptions.

Nous choisissons celles où se trouvent les principaux dirigeants du Front national ou dans lesquelles ce parti a réalisé ses meilleurs scores. Il s’agit de circonscriptions dans lesquelles il n’y a pas de candidats du Front de gauche en position d’être élus. Nous porterons les arguments du M’PEP. Nous ne voulons pas que le FN s’arroge une sorte de monopole de la sortie de l’euro, surtout que ses propositions mèneraient au chaos. Nous voulons démontrer qu’il existe une sortie de l’euro, mais par la gauche !

Nous présentons nos candidats dans les circonscriptions suivantes :

  • 11e circonscription du Pas-de-Calais où Michèle Dessenne, porte-parole du M’PEP, fera face à Marine Le Pen, n° 1 du FN.

  • 3e circonscription du Var ou Jacques Nikonoff, porte-parole du M’PEP, fera face à Bruno Gollnisch.

  • 9e circonscription de l’Hérault où Waldeck Moreau, secrétaire national du M’PEP fera face à un FN à la très forte influence.

Pour accéder aux informations concernant ces 3 circonscriptions, cliquez ici :
http://www.campagne2012.m-pep.org/


 

Publié par Frédéric Maurin à 22:31pm
Avec les catégories : #rupture tranquille

commentaires