Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

7 Mai 2012

Merci Sarkozy !

Bien sûr que le bilan est lourd, lourd de conséquences, dans les comptes publics mais surtout dans les esprits.

Diverses analyses peuvent être faites de ces 5 années écoulées, il sera indispensable d'y revenir car elles déterminent partiellement les 5 années qui viennent :

Nicolas Sarkozy : le courage d'un visionnaire !

Sarkozy pétainiste ?

Voter Sarkozy ?

Les maux du sarkozysme

Sarkozy : même la droite n'en veut pas !

A qui profite la dette ?

Mes excuses pour la redondance des citations mais la presse d'assaut - Dassault- pilonne...et je dois, nous devons, pilonner aussi.

Dans un France qui, par tradition ou intérêts mal compris, penche à droite, la victoire de "la gauche", celle de  François Hollande : le vote utile ! est fragile. Gagner par moins de deux points : c'est un triomphe modeste... comme il y a pu avoir, il y a 5 ans, une rupture tranquille. 

Il est donc normal de reconnaître à Sarkozy AU MOINS une qualité : il a contribué à l'émergence de nouveaux talents (et accessoirement à me faire apprécier un genre musical trop peu connu) : 

 

 

Bonne fête à tous et à toutes. Demain on reparle de choses sérieuses :

Vers une conjonction Front National - UMP

Allez, osons la redondance :


A vrai dire, ce n’est pas 2012 qui m’inquiète, c’est la suite.

Le Front national n’a évidemment pas changé. Le véritable carburant de l’extrême droite, c’est la crise économique, sociale et politique qui est devant nous. Le « pacte de compétitivité » Merkel-Sarkozy porte en lui la menace d’une terrible régression sociale. Si le PS ne rompt pas avec la politique de supplétif qui a été la sienne quand il a voté le traité de Lisbonne, son candidat pourra bien l’emporter en 2012, mais il offrira un boulevard à la conjonction dès aujourd’hui probable du Front national et d’une droite rejetée dans l’opposition, et cela dès les élections municipales, régionales et départementales de 2014. En s’emparant des leviers de l’action locale, l’extrême droite s’approcherait alors du pouvoir de l’Etat. La France, pour le coup, en sortirait défigurée !

 

 

 

Publié par Frédéric Maurin à 08:53am
Avec les catégories : #rupture tranquille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires