Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

4 Avril 2013

Offshore Leaks : vers le changement, maintenant ?

 Pire que Cahuzac ? Notre CAC 40, l'Union Européenne, etc... et maintenant l'Offshore Leaks !

Trop tôt pour se prononcer : seule une centaine de noms pour la France, cela semble léger.

Mais, avant tout, salut fraternel à Jérôme Cahuzac qui a fait don de sa personne à la Cause en préparant si efficacement l'opinion.

Oui, respect à cet agent révolutionnaire hors pair qui n'a eu de cesse d'infiltrer la gauche caviar pour mieux la détruire.
Il alla même, contre sa nature profonde, jusqu'à déclarer qu'il n'avait jamais cru à la lutte des classes.

Il déclara voter Oui au traité constitutionnel européen.

Il poussa même la perfection jusqu'à employer au noir une sans-papier, pour s'attirer le respect de la bourgeoisie.

Eric Woerth fut l'un de ses derniers soutiens.

Chapeau bas !

Maintenant, plus sérieusement,  il faut en tirer les conséquences et sortir du tiroir le rapport du sénateur PCF Eric Bocquet :

Voir le rapport et sa synthèse (60 propositions à débattre) 

En attendant, le grand déballage de linge sale commence :

Source "Offshore Leaks" : les détails du projet

Le Monde publie, à partir du 4 avril, les révélations mises au jour par l'opération "Offshore Leaks". Menée conjointement par l'International consortium of investigative journalists (ICIJ) et trente-six médias internationaux, cette investigation à l'échelle planétaire a permis d'ouvrir une brèche dans le secret qui caractérise en général les paradis fiscaux.

Lire l'édito du Monde : " Le système offshore, cet ennemi patenté de la démocratie"

  • Qu'est-ce que l'ICIJ ? Comment les fichiers ont-il été exploités ?

L'ICIJ, consortium international des journalistes d'investigation, est une initiative du Center for public integrity, basé à Washington. Il a pu mettre la main sur une mine d'informations fournies par d'anciens salariés de deux entreprises de services de financiers offshore, Portcullis Trustnet et Commonwealth Trust Limited : au total, près de 2,5 millions de documents (courriers électroniques, copies de papiers d'identités, lettres, etc.). Pour exploiter cette manne de données aussi rares que complexes, l'ICIJ a proposé au Monde et aux autres médias partenaires d'unir leurs forces.

Lire à ce sujet : " Comment le consortium américain d'investigation a traité les données et notre récit : Comment 'Le Monde' a enquêté sur le scandale des paradis fiscaux"

  • Que révèlent ces fichiers en France ?

Dans l'ensemble des données proposées par l'ICIJ, certaines concernent des banques françaises. Dans l'édition du 6 avril, Le Monde expliquera comment BNP Paribas et le Crédit agricole ont aidé leurs clients à créer des sociétés offshore. La liste française tirée de ces fichiers contient une centaine de noms.

Parmi ces noms figurent celui de Jean-Jacques Augier, le trésorier de la campagne de François Hollande, fait partie des concernés. Il est actionnaire de deux sociétes offshore dans les îles Caïmans. "J'ai investi dans cette société par l'intermédiaire de la filiale d'Eurane en Chine, Capital Concorde Limited, un holding qui gère toutes mes affaires chinoises", précise l'homme d'affaires au Monde. "L'investissement dans Internatioal Bookstores apparaît au bilan de cette filiale. Rien n'est illégal", insiste-il.

Lire notre article : " Le trésorier de campagne de François Hollande a investi aux Caïmans et le portrait de Jean-Jacques Augier, ainsi que celui de Xi Shu, le partenaire chinois de M. Augier.

Le vrai visage de l'évasion fiscale française n'est pas forcément celui de personnalités comme Jérôme Cahuzac ou Gérard Depardieu, mais aussi celui de notables de province et d'entrepreneurs, comme la famille Grossman, propriétaire de Celio. Le Monde se penchera sur ces personnes dans son édition du 6 avril.

  • Que révèlent ces fichiers à l'étranger ?

L'opération Offshore Leaks permet d'envisager, à l'échelle mondiale, la variété des personnes et des entreprises qui pratiquent l'évasion fiscale. En Grèce, le quotidien Ta Néa a publié la liste d'une centaine de sociétés offshore grecques, dont seulement quatre sont enregistrées auprès des autorités fiscales. Le gouvernement grec a d'ores et déjà annoncé enquêter sur ces comptes.

Lire : " Offshore Leaks : la Grèce va enquêter sur des sociétés inconnues"

Des personnalités de haut-rang apparaissent aussi dans la base de données de l'ICIJ. Les fichiers montrent ainsi que trois sociétés auraient été créées en 2008 aux îles Vierges britanniques – un paradis fiscal situé dans les Antilles – au nom des filles du président de l'Azerbaïdjan, Ilham Aliyev. Une autre aurait été établie en 2003 au nom du président et de sa femme.

Les noms de la célèbre collectionneuse d'art espagnole Carmen Thyssen-Bornemisza, de la fille aînée de l'ancien dictateur philippin Ferdinand Marcos, Maria, ou de l'épouse d'Igor Chouvalov, un homme d'affaires proche de Poutine, actuellement vice-premier ministre de Russie, y figurent également.

L'ancien ministre des finances de Mongolie, Bayartsogt Sangajav, apparaît aussi dans cette liste. Ce dernier aurait créé la société Legend Plus Capital ltd par le biais d'un compte en Suisse lorsqu'il était en fonction, de 2008 à 2012. Il a reconnu que c'était une "faute" de ne pas l'avoir déclarée.

Lire : Offshore Leaks : qui détient les comptes secrets ?" et "Paradis fiscaux : du villageois grec aux aigrefins de Wall Street

 

Publié par Frédéric Maurin à 22:15pm
Avec les catégories : #cac 40 , #ue , #cahuzac

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires