Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

29 Novembre 2011

Robespierre, reviens !

C'est une crise de la dette publique qui est à l'origine de la Révolution française.

Autant s'en souvenir...

PÉTITION POUR UN MUSÉE ROBESPIERRE à ARRAS

 

Par le rôle éminent qu’il a joué pendant la Révolution Française où se fondait le devenir de la France dans un monde moderne, Robespierre est unanimement reconnu comme un personnage considérable de notre histoire.

Bien au-delà de nos frontières, le nom d’Arras est associé à celui de son plus illustre citoyen et il est surprenant qu’aucun véritable lieu de mémoire ne lui soit consacré dans sa ville natale. Acquise en 1990 par la municipalité pour en faire un musée Robespierre, la maison qu’habita celui qui gouverna la France Révolutionnaire entre 1793 et 1794, fut remarquablement rénovée par les compagnons du Tour de France. Cette demeure est aujourd'hui affectée au musée du compagnonage.

Les signataires de la pétition demandent instamment que la ville d’Arras restitue à la Maison Robespierre sa légitime vocation afin qu’elle devienne un musée qui aide les Arrageois et les innombrables visiteurs du monde entier à mieux connaître l’histoire de la révolution française et de celui qui en fut, quelque opinion qu’on puisse en avoir, l’homme clé.

Pour signer la pétition, cliquer sur :

http://www.opc-moe.com/robespierre/cousin22.php

Dans le même esprit, une pétition remarquable également sur le site de la Libre Pensée: 

http://www.fnlp.fr/spip.php?article291

J'ignore si elle a abouti...

Depuis plusieurs années, la Mairie de Paris mène une politique active et audacieuse sur la dénomination des lieux publics de la Capitale.

Par définition, cette politique suscite débat.

La dénomination de ces lieux publics (rues, places, voies etc) est diverse, voire hétérogène.

Rappelons ainsi certains noms
- Le général pacifiste et parachutiste Jacques Pâris de la Bollardière
- L’écrivain Romain Gary
- L’émir Abd-el-Kader
- L’espalanade du « 9 novembre 1989 »
- Theodor Herzl, fondateur du sionisme
- Célestin Hennion, préfet de police de Paris sous Clémenceau
- Jean Paul II
- Et bien d’autres...

Pour le moins, certaines de ces dénominations ont suscité controverses. Mais, la Mairie de Paris a décidé de dénommer ainsi ces lieux publics. Elle a donc choisi et tranché, sans rechigner à la polémique.

Nous ne contestons pas les prérogatives d’un Maire, d’une Mairie, d’une Commune, à partir du moment où les choix s’inscrivent dans les valeurs fondamentales de la République :

« Liberté, égalité, fraternité »

et dans le préambule de la Constitution de 1946, repris en 1958 « La France est une république démocratique, laïque et sociale » .

C’est dans le cadre de ces prérogatives et de ces valeurs que les soussignés demandent à la Mairie de Paris de nommer un lieu public « Robespierre ».

Nous ne demandons pas à la Mairie de Paris de partager l’appréciation qui est à la nôtre concernant Maximilien Robespierre.

Pour nous, initiateurs de cette demande, Robespierre eut, entre autres mérites, d’être :
- Celui qui agit pour que la devise « Liberté, Egalité » soit complétée par « Fraternité », devise qui devint celle de la République, jusqu’à nos jours.
- Celui qui combattit pour l’abolition de l’esclavage et l’obtint
- Celui qui, le premier comme responsable politique, se prononça pour l’abolition de la peine de mort
- Celui qui instaura le « maximum » des prix, ce qui dans les temps que nous connaissons, n’est ni une utopie ni un fantasme.
- Celui qui agit pour la Constitution de 1793, première Constitution républicaine de notre pays
- Celui qui entra au Comité de salut public en juillet 1793 pour en sortir à sa mort, la Révolution sauvée.
- Celui qui resta dans le cœur et dans la mémoire des hommes comme « l’Incorruptible », et à ce titre salué par tant de républicains, au nombre desquels nous ne mentionnerons que Jean Jaurès.
- Celui qui fut un des fondateurs de la République.
- Celui qui définit la République comme « une et indivisible ».
- Celui qui se prononça contre la guerre et contre le militarisme.

Répétons-le, ces mérites que nous reconnaissons à Maximilien Robespierre, comme les mérites que nous reconnaissons à d’autres personnages historiques de la Révolution française, également fondateurs de la République et porteurs de ses valeurs, nous ne demandons à personne d’autre qu’à nous mêmes l’honneur de les porter.

Nous demandons, en toute justice, que le nom de Robespierre soit officiellement inscrit dans le patrimoine topographique de la capitale.

 


PB18_UNE_BD.jpg

Publié par Frédéric Maurin à 20:53pm
Avec les catégories : #rupture tranquille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires