Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

30 Mars 2012

Sarkozy : l'heure du bilan.

Aux  600 raisons de ne pas voter Sarkozy on ajoutera la dernière livraison d'Alternatives économiques : le hors-série n°55.  J'ai toujours une grande admiration pour cette Scop qui fait un boulot de service public...
Peu de liens sont en accès libre...le mieux c'est de l'acheter.

Je déplace la partie relative au bilan de Sarkozy, juste après cette introduction.

                               FAITES TOURNER !

Emploi, dette publique, fiscalité, industrie, immigration, logement, éducation…, à la veille des élections présidentielles et législatives, ce hors-série poche fait le tour des questions qui travaillent la société française, avec les analyses et les préconisations des meilleurs spécialistes.

Il fait également le point sur le bilan des cinq dernières années, et celui-ci n'est pas bon. A cause de la crise bien sûr, mais aussi des politiques conduites depuis 2007.

Enfin, il passe au crible les programmes des principaux candidats, ainsi que les propositions des associations, des syndicats et des fondations politiques qui s'expriment dans cette campagne.

Il donne ainsi au citoyen les moyens de s'emparer des débats et des défis du moment pour l'aider à se faire sa propre opinion.

2007-2012 : le bilan de Nicolas Sarkozy


Un lourd héritage  (article en accès libre)
Les erreurs du début de mandat en matière de finances publiques privent le pays de marges de manoeuvre qui seraient bien utiles aujourd'hui. Lire la suite

Emploi : une politique pas à la hauteur de la crise
" En cinq ans, nous pouvons atteindre le plein-emploi ", écrivait Nicolas Sarkozy dans son programme de 2007. Comment ? Principalement en mettant fin aux 35 heures.

Finances publiques : de l'art d'aggraver les choses
En 2007, le candidat Nicolas Sarkozy s'engageait notamment, s'il était élu, à faire en sorte qu'en 2012, la dette soit inférieure à 60 % du produit intérieur brut (PIB) et le déficit public à 1,5 %.

Protection sociale : des réformes injustes
Nicolas Sarkozy s'était engagé en 2007 à " traiter la question des régimes spéciaux " de retraite et à relever le défi du " rendez-vous 2008 ", censé faire le point sur la situation des différents régimes.

Environnement : un tournant inabouti
En 2007, Nicolas Sarkozy avait, comme la plupart des autres candidats, souscrit au " pacte écologique " proposé par Nicolas Hulot. Il s'engageait alors à mettre l'environnement au coeur de l'action publique, à développer la fiscalité écologique, à promouvoir les énergies renouvelables, etc.

Education : l'école de l'inégalité des chances
A peine élu, Nicolas Sarkozy avait dicté une feuille de route ambitieuse en matière d'éducation : il s'agissait de réformer le collège unique, de remodeler les rythmes scolaires, de lutter contre l'échec scolaire, d'augmenter la mixité sociale et de développer une culture plus poussée de l'évaluation.

Insécurité : tout reste à faire
Déjà aux commandes sur le terrain de la sécurité comme ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy promettait en 2007 de poursuivre pour l'essentiel la politique déjà engagée.  " Des peines plancher seront instaurées pour les multirécidivistes et le droit pénal des mineurs sera réformé ", indiquait notamment son programme.

Réforme de l'Etat : une approche contreproductive
Nicolas Sarkozy avait fait de la réforme de l'Etat un de ses objectifs principaux en 2007. Une des premières mesures prises après son élection avait été la mise en oeuvre d'une révision générale des politiques publiques (RGPP).

Pauvreté : une politique en échec
" Réduire la pauvreté d'un tiers en cinq ans " : tel était l'objectif - ambitieux - affiché par Nicolas Sarkozy en 2007. La création du revenu de solidarité active (RSA) devait être l'instrument principal de cette politique.

Immigration : l'acharnement contre les sans-papiers
En 2007, le programme de Nicolas Sarkozy accordait une place importante à l'immigration. En fait, depuis cinq ans, les flux migratoires ont peu évolué : en 2010, 203 000 étrangers hors Union européenne ont obtenu un titre de séjour de longue durée, contre 173 800 en 2007...

Mondialisation : de la coupe aux lèvres...
En 2007, la question de la régulation de la mondialisation n'était abordée qu'indirectement dans le programme de Nicolas Sarkozy. Les promesses sont venues plus tard, avec la crise déclenchée par la chute de Lehman Brothers.

 

Editorial


Faire vivre le débat  (article en accès libre)
Thierry Pech et Camille Dorival
Ce numéro " spécial élections 2012 " ne vise ni à décerner des notes aux différents candidats à l'élection présidentielle et par la suite aux élections législatives, ni à indiquer au lecteur ce qu'il doit penser de leurs propositions. Lire la suite

Introduction


Un rendez-vous politique majeur
La crise économique que nous traversons et le fait que le président sortant soit candidat à sa réélection donnent à cette élection une teinte particulière. Pour autant, ce sont de vrais choix de société qu'auront à faire les électeurs en avril et mai prochains.

Où va la France ?


N'arbitrons pas entre dette publique et croissance !
Xavier Timbeau, directeur du département Analyse et prévision de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE)
La dette publique apparaît aujourd'hui comme la source de la crise et un consensus se dégage pour faire de sa réduction une priorité. Pourtant, mener une politique budgétaire restrictive ne fera qu'étouffer la croissance.

Pourquoi l'Europe ne parle pas français (article en accès libre)
Jean Pisani-Ferry, économiste, directeur de l'institut Bruegel
Entre préférence pour la décision centralisée et volonté de préserver le pouvoir des Etats, l'approche française de la politique européenne se trouve dans une impasse stratégique. Une incohérence qui explique en grande partie la perte d'influence de l'Hexagone au niveau européen. Lire la suite

Réformer au plus vite la finance
Laurence Scialom, professeure à l'Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, EconomiX
La crise bancaire et celle des dettes souveraines ont encore une fois montré à quel point une régulation de la finance est urgente.

Le déclin de l'industrie française n'est pas une fatalité
André Gauron, économiste, ancien membre du Conseil d'analyse économique
L'industrie française se porte mal. Enrayer son déclin passe par la fixation d'objectifs à long terme et par un changement des modes de relation entre les partenaires sociaux.

Libre-échange ou juste échange ?
Pierre-Noël Giraud, professeur à Mines ParisTech et à Paris-Dauphine
Dans le contexte de globalisation économique, les politiques libre-échangistes ou protectionnistes des Etats posent un problème de répartition des emplois industriels dans le monde.

L'urgence d'un virage écologique et social
Jean Gadrey, économiste, professeur honoraire à l'université de Lille I
Face aux contraintes écologiques, maintenir un modèle basé sur la croissance, même " verte ", n'est pas tenable. Il est urgent de mettre en place un autre modèle alliant justice sociale et respect de l'environnement.

Construire un nouveau système énergétique
Pierre Radanne, expert en politiques énergétiques face au changement climatique
Poursuivre dans la voie du nucléaire, que ce soit en remplaçant les centrales ou en prolongeant leur durée de vie, aboutira de toute façon à une hausse du prix du kilowattheure.

Pour un " grand soir " fiscal
Jacques Le Cacheux, professeur à l'université de Pau (CATT/UPPA) et directeur du département des Etudes de l'OFCE-Sciences-Po
Notre système fiscal a perdu de sa cohérence. Pour qu'il devienne juste et efficace, il est impératif de le repenser tout entier en fonction des grands objectifs que l'on souhaite poursuivre.

Politique de croissance et temps de travail : comment relancer l'emploi ?
Marion Cochard, économiste à l'OFCE
Face à une conjoncture économique fortement et durablement dégradée, la politique de l'emploi doit reprendre tous ses droits pour tenter de limiter la casse.

Un partage de la richesse de plus en plus inégal (article en accès libre)
Denis Clerc, économiste, fondateur d'Alternatives Economiques
Pour réduire les inégalités de revenus, il est possible de jouer sur deux leviers. Le premier porte sur les revenus d'activité et du patrimoine, le second relève du système de redistribution, via les prestations sociales et les prélèvements. (Lire la suite)

Pour une stratégie d'investissement social
Bruno Palier, directeur de recherche du CNRS à Sciences-Po Paris (Centre d'études européennes)
Ce n'est pas en démantelant l'Etat-providence que l'on renouera avec la croissance et les politiques sociales ne doivent plus être réduites à de simples dispositifs d'indemnisation.

Ne pas oublier le chantier des retraites
Arnaud Parienty, professeur de sciences économiques et sociales
La dernière réforme des retraites est loin d'avoir résolu à long terme la question de leur financement. Le prochain quinquennat peut être l'occasion d'une réforme plus durable, qui reviendrait sur l'âge de départ.

Lutter contre les inégalités pour combattre la pauvreté
Didier Gelot, secrétaire général de l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale (Onpes)*
La lutte contre la pauvreté ne sera efficace que si elle s'appuie sur une révision de nos politiques fiscales et sociales.

Pour un nouveau contrat social entre les sexes
Brigitte Grésy, experte en politiques d'égalité
Les inégalités entre les hommes et les femmes, notamment sur le marché du travail, ont la vie dure. Pour en venir à bout, promouvoir l'égalité professionnelle dans les entreprises ne suffit pas.

Quelle politique pour la jeunesse ?
Guillaume Allègre, économiste à l'OFCE
Les jeunes sont confrontés à une pauvreté croissante, et le nombre de sortants du système scolaire sans diplôme est en hausse. Une réforme de la politique de la jeunesse est nécessaire, mais elle se heurte à de fortes résistances.

Pour une école plus égalitaire
François Dubet, professeur de sociologie à l'université de Bordeaux et directeur d'études à l'Ecole de hautes études en sciences sociales
Lutter contre les inégalités scolaires implique de rompre avec une conception élitiste de la réussite. Et d'agir en conséquence sur les mécanismes scolaires et le rôle du diplôme dans l'accès à l'emploi.

S'attaquer enfin aux inégalités territoriales
Louis Maurin, directeur de l'Observatoire des inégalités
La France n'est pas traversée par un mécanisme généralisé de ségrégation spatiale, mais les écarts se creusent. Et les domaines dans lesquels il importe d'intervenir pour réduire la fracture sociale territoriale sont considérables.

" L'immigration choisie est un échec "
Entretien avec François Héran, démographe et sociologue, ancien directeur de l'Institut national d'études démographiques (Ined)
Structure de l'immigration, ghettoïsation, circulaire Guéant, coût de l'immigration..., le démographe et sociologue François Héran dresse un bilan de la politique migratoire du gouvernement.

En finir avec le populisme sécuritaire
Denis Salas, magistrat, directeur des Cahiers de la justice (Dalloz)
Une modération doit animer le politique, autant dans le discours que dans la loi : inclure et non criminaliser, prendre en compte la vulnérabilité de la personne plutôt que de mettre l'accent sur sa dangerosité.

Il faut résorber la crise du logement !
Denis Burckel, coordonnateur du groupe Logement à Terra Nova
Pour résoudre la crise du logement, il faut certes construire davantage et s'attacher à maîtriser les prix du foncier et des loyers, mais aussi revoir le système d'aides. Sans oublier de promouvoir la réhabilitation écologique du parc existant.

Changer l'entreprise
Philippe Frémeaux, éditorialiste à Alternatives Economiques
Le modèle d'entreprise actuel, centré sur les actionnaires, a eu des effets désastreux. Il est aujourd'hui nécessaire de faire évoluer la gouvernance des entreprises, mais aussi de favoriser la création de sociétés de personnes plutôt que de capitaux.

Petits aménagements institutionnels
Guy Carcassonne, professeur de droit public à l'Université Paris Ouest Nanterre- La Défense
Les réformes institutionnelles occupent une place plutôt modeste dans la campagne. Certaines, notamment sur le cumul des mandats, sont cependant souhaitables.

Des candidats et des programmes


François Bayrou, fidèle au libéralisme " social "
François Bayrou, candidat du Modem, tente de se démarquer de la droite majoritaire, notamment par une volonté affichée de moraliser la vie publique. Mais son programme reste d'inspiration libérale.

Les trois gauches de François Hollande
En s'inspirant dans son programme à la fois de Mendès France, de Rocard et de Mitterrand, le candidat socialiste cherche à se poser en héritier de trois grandes cultures de son camp.

Eva Joly, la voie de l'écologie
Promoteur d'une économie qui se veut soutenable sur le plan écologique, le programme d'Europe Ecologie-Les Verts cherche à fournir une réponse globale aux problèmes auxquels notre société est confrontée.

Marine Le Pen, de la "préférence" à la "priorité" nationale
Si la candidate du Front national a un message économique différent de celui, libéral, de son père, elle n'a pas rompu pour autant avec les idées traditionnelles de son parti, en premier lieu en matière d'immigration.

Jean-Luc Mélenchon, ou le radicalisme modéré
Objet de comparaisons fréquentes avec le Front national, le Front de gauche, même s'il s'adresse en partie à la même frange électorale, propose un programme radicalement opposé à celui de l'extrême droite.

Nicolas Sarkozy : à droite toute !
Le président sortant combine dans son programme des approches venant des trois grandes droites françaises : l'orléanisme libéral, le bonapartisme plébiscitaire et le légitimisme réactionnaire. Une synthèse hétéroclite qui avait fait son succès en 2007 et qui risque de causer sa perte en 2012.

Les partis révolutionnaires peinent à peser dans la campagne
Assiste-t-on à la fin du trotskisme, un courant qui, au sein de l'idéologie communiste, aura marqué le XXe siècle par son opposition au stalinisme ? Malgré leur faible poids dans cette campagne, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) et Lutte ouvrière (LO) croient toujours en l'actualité du communisme révolutionnaire.

Les propositions de la société civile


La société fait son programme
Les propositions des associations, des syndicats, des organisations patronales et des fondations politiques dans le cadre de la campagne. Un tour d'horizon forcément subjectif et incomplet.

Publié par Frédéric Maurin à 18:47pm
Avec les catégories : #rupture tranquille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires