Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RUPTURE TRANQUILLE

RUPTURE TRANQUILLE

Bloc-note de rupture avec l'Union pour Minorité de Privilégiés (UMP), désormais macronisée

17 Mai 2013

Hollande : "Il faudra être patient"

J'ai un ami communiste (personne n'est parfait) qui me disait que ceux qui en appelaient à l'Europe sociale oubliaient qu'on n'avait jamais vu un crocodile devenir végétarien.

On peut en revanche transformer un crocodile en sac à main, mais c'est un autre problème, le processus de fabrication m'étant inconnu (et les coups de balai n'y suffisant visiblement pas).

Comme le rappelle le camarade Piérot, dans son édito au lendemain de l'intervention de l'an II du nouveau chef de l'Etat :

"Il n’était pas dû au hasard que François Hollande ait ouvert sa conférence de presse en évoquant sa rencontre de la veille avec la Commission européenne. Le chef de l’État avait présenté à Bruxelles sa politique censée renforcer la compétitivité des entreprises et la réforme du marché du travail, marquée du sceau de la flexisécurité. Il a préconisé une sorte de fuite en avant fédéraliste européenne et est même allé jusqu’à affirmer que l’Europe avait sauvé la Grèce…"

"Alors que l’austérité produit en France les mêmes effets calamiteux que dans les autres pays de l’Union européenne, alors que le chômage étend ses ravages dans une société qui compte une dizaine de millions de pauvres, nous n’avons rien appris que nous ne redoutions déjà: le dossier de l’allongement de l’âge de départ à la retraite, amorcé sous Sarkozy, va être remis en chantier avant la fin du printemps. En d’autres termes, l’été risque d’être meurtrier."

S’agissant de la France, les deux ans de répit accordés par les commissaires pour attendre les 3 % de déficit public seront utilisés pour mener les réformes de structure, l’allongement de l’âge de départ à la retraite, notamment. Ce droit à la retraite que le président de la République considère comme un fardeau.

Offensive, référence à l’an II, le chef de l’État n’a pas eu de mots assez forts pour peindre en rose une politique de renoncement qui, mutatis mutandis, s’inscrit dans une certaine continuité avec la précédente. Le pouvoir d’achat, qui a reculé cette année, l’emploi détruit au rythme des plans de restructuration sont laissés à la discrétion des directions d’entreprise aux pouvoirs renforcés. Droits des salariés, législation contre les licenciements boursiers, le renforcement du droit du travail ne figurait pas à l’ordre du jour du discours présidentiel. Quant à la gauche, elle semblait avoir déserté l’Élysée hier soir. Puisse l’an II de la mobilisation populaire bouleverser la donne.

  • A lire aussi:

François Hollande: "il faudra encore être patient"

La MES est dite ?

Publié par Frédéric Maurin à 11:04am
Avec les catégories : #hollande , #euro , #europe , #m'pep , #austérité , #ani , #sapir , #Union européenne , #françois hollande , #gauche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires